jeudi 31 décembre 2020

Biographie : Pierre DESVEAUX

 Pierre DESVEAUX

|

Jean DESVEAUX

|

Pierre DESVEAUX

|

Baptiste DESVEAUX

|

Mon grand-père


1. Est-ce que j'ai toutes les informations sur sa naissance ? Son baptême ? Qui étaient ses parrain et marraine ?


(source : Archives départementales de la Charente - 3E 455/2 - vues 32-33/283)

Pierre DESVEAUX est né le 26 nivôse an II (15 janvier 1794) à 18h à Vitrac-Saint-Vincent (Charente). Sa naissance est déclarée le lendemain à Pierre BERNARD, officier public de la commune par son père, Léonard DEVAUD, laboureur. 

Son parrain est Pierre LA BRUGERE, domicilié au Village de la Maison Neuve à Vitrac-Saint-Vincent (Charente). 

Sa marraine est Catherine FONCHIN demeurant chez les parents de l'enfant au Village du Petit Jauniat à Vitrac-Saint-Vincent (Charente), probablement la domestique de la maison. 

2. Est-ce que j'ai toutes les informations sur son mariage ? Qui était présent ? Liens de parenté ?

Il se marie le 12 mai 1813 à 10h à Lésignac-Durand (Charente) avec Élisabeth BOULESTEIX, fille de Léonard BOULESTEIX et de Catherine VEYRET. Lui et sa future femme sont tous deux âgés de 19 ans. Le mariage est célébré par François FOUGERON, maire de la commune. 

Signatures de l'acte de mariage
(source : Archives départementales de la Charente - 3 E 194/4 - vue 11/239)

Les témoins du mariage sont :
  • Pierre LABREGEIRE, propriétaire à Chez Bonnaud à Cherves-Châtelars (Charente), cousin germain de l'époux
  • Jean SAULNIER, propriétaire au Breuil à Vitrac-Saint-Vincent (Charente), parent et ami de l'époux
  • Jacques VEYRET, propriétaire à La Fuie à Chasseneuil-sur-Bonnieure (Charente), oncle de l'épouse
  • Jacques VEYRET, propriétaire au Mas du Beau au Petit Madieu à Roumazières-Loubert (Charente), oncle de l'épouse
3. Comment s'est déroulé le mariage ?

Le mariage se déroule en présence des mères des deux époux, leurs pères étant tous deux décédés. 

4. Est-ce que j'ai toutes les informations sur son décès ? Qui était présent ? Où a eu lieu l'enterrement / l'inhumation ? 

(source : Archives départementales de la Charente - 3 E 455/9 - vue 173/320)

Il meurt le 26 février 1868 à 3h au Village du Petit Jauniat à Vitrac-Saint-Vincent (Charente) âgé de 74 ans. Le décès est déclaré dans l'après-midi à Jean SAULNIER, maire de la commune, par : 
  • Jean VEYRET, propriétaire cultivateur au Village de la Grange du Maître à Vitrac-Saint-Vincent (Charente), gendre du défunt
  • François MAYOU, colon au Village de la Grange du Maître à Vitrac-Saint-Vincent (Charente), ami du défunt
Il a probablement été inhumé à Vitrac-Saint-Vincent (Charente). 

5. Est-ce que j'ai toutes les informations sur son passé militaire ? Fiche matricule ? Invalide ? Légion d'honneur ?

Les matricules de son époque ne sont pas numérisés. 

6. Est-ce que je peux trouver des informations sur lui dans la presse ? 

Je ne trouve pas d'informations à son sujet, mais son fils Pierre DESVEAUX et son gendre Pierre POURSAC sont nommés par le préfet de la Charente en 1847 et 1849 comme jurys d'expropriation parmi les électeurs de leur canton. 

7. Quels événements historiques a-t-il connu ? 

Il naît pendant la Terreur, sous la Première république, se marie pendant le règne de Napoléon Ier et meurt durant l'hiver glacial de 1868 qui fait geler la Seine, sous le règne de Napoléon III. 

8. Quelle était son instruction ? 

Signature de Pierre DESVEAUX

Il savait lire et écrire et avait une belle écriture. Les trois points entre deux lignes après sa signatures pourraient laisser penser qu'il était franc-maçon. Il est adjoint au maire de sa commune. 

9. Dans quel environnement évoluait-il ? 

(source : Archives départementales de la Charente - 3P)

Il passe toute sa vie au village du Petit Jauniat à l'Est de Vitrac-Saint-Vincent (Charente) où il est agriculteur. 

Jack ma, vue de Vitre-St-Vincent, Charente, France, 2010
(licence CC BY-SA 3.0)

À cette époque, la commune compte environ 1300 habitants. 

10. S'est-il beaucoup déplacé dans sa vie ? 

Je ne lui connais que des déplacements à Massignac (Charente), pour assister au mariage de son fils ou déclarer le décès d'un petit-fils, ainsi qu'à Montemboeuf (Charente), Lésignac-Durand (Charente) et Mazerolles (Charente) pour les mariage de ses beaux-frères. 

11. Comment se déplaçait-il ? 

Il se déplaçait probablement en charrette à boeufs ou à chevaux. 

12. Quel était son premier métier ? Comment en vivait-il ? 

Il est majoritairement désigné comme "propriétaire". Il possède des terres au Petit Jauniat et gère probablement une importante exploitation agricole. 

13. Quels étaient ses autres métiers ? Comment en vivait-il ? 

Il est également adjoint au maire de Vitrac-Saint-Vincent vers les années 1840, et également désigné comme propriétaire agriculteur ou propriétaire cultivateur. 

14. Comment apparait-il dans les recensements ? 

(source : Archives départementales de la Charente - 6 M 83 - vue 21/53)

Le premier recensement où il apparait est celui de 1841. Il vit au Petit Jauniat à Vitrac-Saint-Vincent avec sa femme, des fils Pierre et Jacques, sa fille Catherine et Pierre COUTY leur domestique. 

(source : Archives départementales de la Charente - 6 M 95 - vue 22/51)

En 1846, la maisonnée est assez remplie puisqu'il vit avec sa femme, quatre enfants, sa belle-fille, sa petite-fille et leur domestique. 

15. Quel était le parler de sa région ?

On y parlait le limousin qui est un dialecte occitan. 

16. Comment s'habillait-il ?

Il portait probablement un costume comme les bourgeois du XIXe siècle. 

17. Combien a-t-il eu d'enfants ? 

Il est le père de cinq enfants avec sa femme Élisabeth BOULESTEIX : 
  • Marguerite, cultivatrice, née le 15 décembre 1815 à Vitrac-Saint-Vincent 
  • Catherine, femme d'un propriétaire agriculteur, née le 4 janvier 1818 à Vitrac-Saint-Vincent
  • Jean (mon ancêtre), propriétaire, cultivateur et maire de Mouzon, né le 27 novembre 1819 à Vitrac-Saint-Vincent
  • Pierre, propriétaire cultivateur, né le 24 décembre 1820 à Vitrac-Saint-Vincent
  • Jacques, propriétaire cultivateur, né le 20 juin 1825 à Vitrac-Saint-Vincent
18. A-t-il assisté au mariage de ses enfants ? 

Il assiste au mariage de tous ses enfants : 

Le 8 avril 1839, il assiste à Vitrac-Saint-Vincent au mariage de sa fille Marguerite avec Jean VEYRET, propriétaire. 

Le 21 février 1843, il assiste à Massignac (Charente) au mariage de son fils Jean (mon ancêtre) avec Anne FOURGEAUD. 

Le 17 novembre 1846, il assiste à Vitrac-Saint-Vincent au mariage de sa fille Catherine avec Pierre POURSAC. 

Le 30 avril 1851, il assiste à Vitrac-Saint-Vincent au mariage de son fils Jacques avec Anne FOURGEAUD. 

Le 4 juin 1857, il assiste à Vitrac-Saint-Vincent au mariage de son fils Pierre avec Françoise DOGNON.
 
19. Que signifie son nom de famille ? 

Selon Filae, DESVEAUX est un sobriquet, c'est un dérivé de "val". L'origine de ce nom est latine son étymologie vient de valle/vallis : la vallée .

20. Qui était son père ? 

Son père était Léonard DEVAUD, laboureur et cultivateur. 

21. Qui était sa mère ? 

Sa mère était Marguerite DESVEAUX. 

22. Quelle était sa fratrie ? 

Il est fils unique, né 13 ans après le mariage de ses parents. 

23. Avait-il des relations avec les autres membres de sa famille ? 

Il est proche de sa famille maternelle, et particulièrement de la famille VEYRET. 

24. Pouvez-vous retracer sa généalogie sur quatre générations ? 

(source : Heredis 2021)

Tous ses ancêtres sont illettrés et originaires de la Charente. Sa généalogie est très incomplète car les archives en ligne de la Charente s'arrêtent à 1737 pour l'instant. Tous ses ancêtres semblent avoir été des laboureurs. Ils étaient assez notables puisque ses arrières-grands-parents Léonard TRAPATEAU et Catherine ROUDY sont inhumés à l'intérieur de l'église de Saint-Adjutory (Charente). 

25. Quelle était sa religion ? 

Il était catholique. 

26. Votre ancêtre chez le notaire. 

(source : Archives départementales de la Charente - 2 E 13197)

Le 30 avril 1851, il est présent au contrat de mariage de son fils Jacques avec Anne FOURGEAUD devant Maître Jean Baptiste MAISONDIEU, notaire à Vitrac-Saint-Vincent. 

(source : Archives départementales de la Charente - 2 E 13201)

Le 29 décembre 1862, il est présent au contrat de mariage de sa petite-fille Anne DESVEAUX avec Pierre BROUSSAUDIER passé devant le même notaire. 

(source : Archives départementales de la Charente - 2 E 13201)

Le 8 novembre 1864, il est présent au contrat de mariage de son autre petite-fille Anne DESVEAUX avec Pierre BROUSSAUDIER (frère du précédent) passé devant le même notaire.

27. Avez-vous des photos de votre ancêtre ? Pouvez-vous faire un trombinoscope ? 

Je ne possède pas de photographie de cet ancêtre.

28. Y a-t-il une histoire qui se transmet sur cet ancêtre ? Est-elle vraie ? 

Je n'ai pas d'anecdote à son sujet. 

29. Comment a-t-il participé à la vie de la communauté (membre du conseil municipal, cahier de doléances, sage-femme ...) ? 

Il était adjoint au maire de sa commune et faisait partie des notables de son village. 

Biographie : Françoise PICOT

 Françoise PICOT

|

Hélène Louise LAUBIER

|

Juliette Berthe LECAS

|

Ma grand-mère


1. Est-ce que j'ai toutes les informations sur sa naissance ? Son baptême ? Qui étaient ses parrain et marraine ?


(source : Archives départementales du Cher - 3E 3053 - vue 165/282)

Françoise PICOT est née le 20 octobre 1832 à 18h à Châteauneuf-sur-Cher (Cher). Sa naissance est déclarée le surlendemain à Charles Dominique Magloire NEIRET, maire de la commune, par Madeleine LEFEVRE, sage-femme. Je ne sais pas qui sont ses parrain et marraine, mais les deux témoins de sa naissance sont : 

  • Jean MONICAULT, militaire en congé
  • Simon JOLIVET, tisserand
Tous deux sont domiciliés à Châteauneuf-sur-Cher. 

2. Est-ce que j'ai toutes les informations sur son mariage ? Qui était présent ? Liens de parenté ?

Elle se marie le 17 février 1857 à 14h à Châteauneuf-sur-Cher avec François LAUBIER, vigneron, fils de Jean LAUBIER, vigneron, et de Solange LAGELINE. Elle est âgée de 24 ans et son futur mari de 27 ans. Le mariage est célébré par Jean François Hazaël HERVET, maire de la commune. 

Signatures de l'acte de mariage
(source : Archives départementales du Cher - 3E 3064 - vue 110/167)

Les témoins du mariage sont : 
  • Charles LABBÉ, journalier
  • Sylvain LAUBIER, fruitier, oncle de l'époux
  • Mathieu PICOT, scieur de long, frère de l'épouse
  • Nicolas DUMARÇAY, journalier
Tous sont domiciliés à Châteauneuf-sur-Cher. 

3. Comment s'est déroulé le mariage ? 

Le mariage s'est déroulé en présence de la mère de l'époux et du père de l'épouse, les autres parents étant alors décédés. 

4. Est-ce que j'ai toutes les informations sur son décès ? Qui était présent ? Où a eu lieu l'enterrement / l'inhumation ? 

(source : Archives départementales du Cher - 3E 6119 - vue 67/149)

Elle meurt le 14 février 1918 à 8h à Châteauneuf-sur-Cher, âgée de 85 ans. Le décès est déclaré une heure plus tard à Eusice BABILLOT, maire de la commune par : 
  • Jacques François LECAS, maçon, gendre de la défunte
  • Louis RENAUD, employé
Tous deux sont domiciliés à Châteauneuf-sur-Cher. Elle a été inhumée à Châteauneuf-sur-Cher comme l'écrit ma grand-mère : "Mes parents sont donc restés quelques mois encore [à Bourges] et en février la grand-mère Laubier qui était restée à Châteauneuf avec son gendre, mon grand-père Lecas, est décédée. Le lendemain de l'enterrement, alors que la famille était encore réunie, il en on profité pour me baptiser." (source : Anne-Marie DEBANNE, Souvenirs de famille). 

5. Est-ce que j'ai toutes les informations sur son passé militaire ? Fiche matricule ? Invalide ? Légion d'honneur ?

Les femmes ne participaient pas à l'armée. 

6. Est-ce que je peux trouver des informations sur elle dans la presse ? 

Je ne trouve pas d'informations dans la presse la concernant. 

7. Quels événements historiques a-t-elle connus ?

Elle naît en 1832, année d'une grande épidémie de choléra en France sous le règne de Louis-Philippe Ier, roi des Français, se marie sous le règne de Napoléon III, empereur, et meurt à la fin de la Première Guerre mondiale sous la présidence de Raymond POINCARÉ, président de la République. Elle connaît donc trois régimes tout au long de sa vie. 

8. Quelle était son instruction ? 

Elle était illettrée. 

9. Dans quel environnement évoluait-elle ? 

(source : Archives départementales du Cher - 3P 2497/18)

Elle grandit à l'ouest de Châteauneuf-sur-Cher dans le faubourg de Mouzaine où elle vit toute sa vie, d'abord Rue de Mouzaine, puis Rue Villatte après son mariage. 

10. S'est-elle beaucoup déplacée dans sa vie ? 

A ma connaissance, elle n'a pas quitté Châteauneuf-sur-Cher. 

11. Comment se déplaçait-elle ? 

Elle se déplaçait probablement à pieds. 

12. Quel était son premier métier ? Comment en vivait-elle ? 

Avant son mariage, elle est couturière, c'est-à-dire qu'elle fabriquait des vêtements. 

13. Quels étaient ses autres métiers ? Comment en vivait-elle ? 

Après son mariage, elle semble ne plus travailler. 

14. Comment apparaît-elle dans les recensements ? 

(source : Archives départementales du Cher - 27J 0004 - vue 61/82)

Le premier recensement où elle apparaît est celui de 1832 à Châteauneuf-sur-Cher où elle est mentionnée avec ses parents et ses deux frères Mathieu et Vincent. 

(source : Archives départementales du Cher - 6M 0199 - vue 4/44)

Dans le dernier recensement où elle apparaît, elle est nommée Françoise LAUBIER-PICOT. Elle vit alors chez son gendre Jacques François LECAS-LAUBIER avec sa petite-fille Juliette Berthe DEBANNE-LECAS et son arrière-petit-fils André DEBANNE (le frère de ma grand-mère). 

15. Quel était le parler de sa région ? 

Dans le Cher, on parlait berrichon. 

16. Comment s'habillait-elle 

Les femmes berrichonnes portaient une petite coiffe simple, une grande jupe descendant jusqu'aux pieds souvent avec un tablier et des sabots aux pieds. 

17. Combien a-t-elle eu d'enfants ? 

Elle est la mère de deux enfants avec son mari François LAUBIER : 
  • Hélène Louise (mon ancêtre), couturière, née le 14 novembre 1857 à Châteauneuf-sur-Cher
  • Charles, charpentier, né le 7 mai 1860 à Châteauneuf-sur-Cher et mort célibataire à 23 ans
Hélène Louise LAUBIER
(source : Archives familiales)

18. A-t-elle assisté au mariage de ses enfants ? 

Elle assiste le 17 février 1879 à Châteauneuf-sur-Cher au mariage de sa fille Hélène Louise avec Jacques François LECAS, maçon. 

Jacques François LECAS
(source : Archives familiales)
19. Que signifie son nom de famille ? 

Selon Geneanet, plusieurs étymologies sont possible. PICOT désigne peut-être celui qui utilise un picot, sorte de pic ou arme pointue, mais en Normandie le mot "picot" a également le sens de "dindon". Vu la grande fréquence du nom, on pensera aussi au diminutif d'un ancien nom de baptême, Pic ou Picque (il existe plusieurs lieux-dits Saint-Pic dans l'Ouest). 

20. Qui était son père ? 

Son père était Nicolas PICOT, tisserand, journalier et vigneron. 

21. Qui était sa mère ? 

Sa mère était Anne GORGEON, couturière. 

22. Quelle était sa fratrie ? 

Elle est issue d'une famille de trois enfants dont elle est la deuxième : 
  • Mathieu, journalier et scieur de long à Châteauneuf-sur-Cher
  • Vincent, journalier et tisserand à Châteauneuf-sur-Cher
23. Avait-elle des relations avec les autres membres de sa famille ? 

Elle semble proche de ses frères. Son frère Mathieu est témoin à son mariage et son mari François LAUBIER assiste au mariage de son frère Vincent (qui sera lui-même témoin du mariage de sa nièce Hélène Louise LAUBIER). 

24. Pouvez-vous retracer sa généalogie sur quatre générations ? 

(source : Heredis 2021)

Tous ses ancêtres sont originaires du Cher et tous sont illettrés à l'exception de son arrière-grand-père François PICOT. Les PICOT et les GORGEON sont des tisserands, on trouve aussi un vigneron et un charpentier. Les femmes exercent également des professions : son arrière-grand-mère Marie AUSSEURS est cuisinière chez monsieur le curé de Châteauneuf et son arrière-grand-mère Marie DUBOUY est sage-femme. 

25. Quelle était sa religion ? 

Elle était probablement catholique. 

26. Votre ancêtre chez le notaire. 

(source : Archives familiales)

Le 10 janvier 1908, elle est témoin du contrat de mariage de sa petite-fille Juliette Berthe LECAS, passé devant Amand MONTEREAU, notaire à Châteauneuf-sur-Cher. 

27. Avez-vous des photos de votre ancêtre ? Pouvez-vous faire un trombinoscope ? 

Je ne possède pas de photographie de cette ancêtre.

28. Y a-t-il une histoire qui se transmet sur cet ancêtre ? Est-elle vraie ? 

Juliette Berthe LECAS
(source : Archives familiales)

Elle est une figure maternelle pour sa petite-fille Juliette Berthe LECAS qui perd sa mère à 12 ans. Voici ce qu'en écrit ma grand-mère : "Ma mère avait perdu la sienne à l'âge de 11 ans et était élevée par son père qui ne s'est pas remarié, et sa grand-mère Mme Laubier née Françoise Picaut" (Anne-Marie DEBANNE, Souvenirs de famille). 

29. Comment a-t-elle participé à la vie de la communauté (membre du conseil municipal, cahier de doléances, sage-femme ...) ? 

Je n'ai pas d'informations à ce sujet. 

mercredi 30 décembre 2020

Biographie : François LAUBIER

 François LAUBIER

|

Hélène Louise LAUBIER

|

Juliette Berthe LECAS

|

Ma grand-mère


1. Est-ce que j'ai toutes les informations sur sa naissance ? Son baptême ? Qui étaient ses parrain et marraine ?


(source : Archives départementales du Cher - 3E 3053 - vue 90/282)

François LAUBIER est né le 5 juin 1829 à 6h à Châteauneuf-sur-Cher (Cher). Sa naissance est déclarée le lendemain à Gilbert DUBOIS, maire de la commune, par Rose DUPUY, sage-femme. Je ne sais pas qui sont ses parrain et marraine, mais les deux témoins de sa naissance sont : 

  • François THEVENIN, laboureur à Venesmes (Cher)
  • Sylvain LAUBIER, charpentier à Châteauneuf-sur-Cher (Cher), son oncle
2. Est-ce que j'ai toutes les informations sur son mariage ? Qui était présent ? Liens de parenté ?

Il se marie le 17 février 1857 à 14h à Châteauneuf-sur-Cher avec Françoise PICOT, couturière, fille de Nicolas PICOT, tisserand, et d'Anne GORGEON. Il est âgé de 27 ans et sa future épouse de 24 ans. Le mariage est célébré par Jean François Hazaël HERVET, maire de la commune. 

Signatures de l'acte de mariage
(source : Archives départementales du Cher - 3E 3064 - vue 110/167)

Les témoins du mariage sont : 
  • Charles LABBÉ, journalier
  • Sylvain LAUBIER, fruitier, oncle de l'époux
  • Mathieu PICOT, scieur de long, frère de l'épouse
  • Nicolas DUMARÇAY, journalier
Tous sont domiciliés à Châteauneuf-sur-Cher. 

3. Comment s'est déroulé le mariage ? 

Le mariage s'est déroulé en présence de la mère de l'époux et du père de l'épouse, les autres parents étant alors décédés. 

4. Est-ce que j'ai toutes les informations sur son décès ? Qui était présent ? Où a eu lieu l'enterrement / l'inhumation ? 

(source : Archives départementales du Cher - 3E 6114 - vue 108/283)

Il meurt le 16 août 1901 à 10h à Châteauneuf-sur-Cher, âgé de 72 ans. Le décès est déclaré cinq heures plus tard à Eusice BABILLOT, maire de la commune, par : 
  • Jacques François LECAS, maçon, gendre du défunt
  • Eugène BRAYER, cafetier, ami du défunt
Tous deux sont domiciliés à Châteauneuf-sur-Cher. Il est probablement inhumé au cimetière de cette commune. 

5. Est-ce que j'ai toutes les informations sur son passé militaire ? Fiche matricule ? Invalide ? Légion d'honneur ?

Il réalise son service militaire du 14 décembre 1849 au 31 décembre 1856. Durant ces sept ans, il est hussard de 1ère classe au 3e régiment de hussards. 

(source : Archives familiales)

Il est stationné à Libourne (Gironde). Voici à quoi ressemblait un uniforme de hussard de ce régiment en 1850. 

6. Est-ce que je peux trouver des informations sur lui dans la presse ? 

Je ne trouve pas d'informations dans la presse le concernant. 

7. Quels événements historiques a-t-il connus ?

(source : Raoul DUPUY, Historique du 3e régiment de hussards de 1764 à 1887, Paris, Alphonse Piaget Éditeur, 1887, p. 72)

En 1850, il se rend avec son régiment à Lyon (Rhône) pour être passé en revue par le Président Louis-Napoléon BONAPARTE (futur Napoléon III). Il verra donc, sûrement de loin, un personnage historique et le chef d'état de l'époque. 

8. Quelle était son instruction ? 

Signature de François LAUBIER

Il savait maladroitement écrire, et probablement un peu lire. 

9. Dans quel environnement évoluait-il ? 

(source : Archives départementales du Cher - 6 Fi Châteauneuf-sur-Cher 5)

Il passe toute sa vie Rue Villatte à Châteauneuf-sur-Cher, tout près des bords du Cher. 

10. S'est-il beaucoup déplacé dans sa vie ? 

Les seuls voyages qu'il a dû entreprendre sont ceux de son service militaire durant lesquels il se rend dans les localités suivantes : 
  • 1849 : Vienne (Isère)
  • 1850 : Lyon (Rhone)
  • 1851 : Marseille (Bouches-du-Rhône)
  • 1851 : Tarascon (Bouches-du-Rhône)
  • 1853 : Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme)
  • 1854 : Lyon (Rhône)
  • 1855 : Libourne (Gironde)
(source : Archives familiales)

Il rentre de Libourne (Gironde) avec son certificat de bonne conduite plié en quatre en poche et que nous possédons toujours depuis 1856, ainsi que son congé de libération aux armes de l'empire (affiché plus haut). 

11. Comment se déplaçait-il ? 

Les régiments de hussards étant des régiments de cavalerie légère, il savait monter à cheval et se déplaçait donc probablement à pieds ou à cheval. 

12. Quel était son premier métier ? Comment en vivait-il ? 

Lors de son incorporation en 1849, il est vigneron. Il cultive donc des vignes (probablement plutôt à Venesmes qu'à Châteauneuf) et en produit du vin. 

13. Quels étaient ses autres métiers ? Comment en vivait-il ? 

Il est également journalier tout au long de sa vie, ce qui laisse penser qu'il ne produisait pas assez de vin pour vivre uniquement du produit de ses vignes et louait donc sa force de travail à la journée aux cultivateurs des environs. 

14. Comment apparaît-il dans les recensements ? 

Le premier recensement où il apparaît est à Châteauneuf-sur-Cher en 1836. Il vit avec ses parents et ses deux soeurs aînées Marie et Anne. 

(source : Archives départementales du Cher - 27J 0080 - vue 35/49)

Lorsqu'il rentre de l'armée en 1856, il vit momentanément Rue Villatte à Châteauneuf-sur-Cher chez son beau-frère Étienne AUDOT avec sa soeur, son neveu Louis AUDOT et sa mère Solange LAGELINE. 

(source : Archives départementales du Cher - 6M 0065 - vue 36/48)

Il vit ensuite dans la même rue, mais dans sa propre maison, avec sa femme et ses deux enfants comme le montre ce recensement de 1872. 

15. Quel était le parler de sa région ? 

Dans le Cher, on parlait berrichon. 

16. Comment s'habillait-il 

Il portait probablement une blouse et un chapeau à bords plats comme les journaliers berrichons. Néanmoins, pendant son service militaire, il porte l'uniforme des hussards bleu avec la veste à galons blancs et la toque noire. 

17. Combien a-t-il eu d'enfants ? 

Il est le père de deux enfants avec sa femme Françoise PICOT : 
  • Hélène Louise (mon ancêtre), couturière, née le 14 novembre 1857 à Châteauneuf-sur-Cher
  • Charles, charpentier, né le 7 mai 1860 à Châteauneuf-sur-Cher et mort célibataire à 23 ans
Hélène Louise LAUBIER
(source : Archives familiales)

18. A-t-il assisté au mariage de ses enfants ? 

Il assiste le 17 février 1879 à Châteauneuf-sur-Cher au mariage de sa fille Hélène Louise avec Jacques François LECAS, maçon. 

Jacques François LECAS
(source : Archives familiales)

19. Que signifie son nom de famille ? 

D'après Filae, LAUBIER est un nom de famille rare, qui représente la forme agglutinée "de l'aubier", nom topographique issu du latin alba, peuplier blanc, arbrisseau caractéristique de la propriété, aussi nom de lieu dans les Deux-Sèvres. Le nom de famille était en effet originellement DELAUBIER ou de LAUBIER avant de devenir LAUBIER après la Révolution Française. 

20. Qui était son père ? 

Son père était Jean LAUBIER, domestique, journalier et vigneron. 

21. Qui était sa mère ? 

Sa mère était Solange LAGELINE, domestique. 

22. Quelle était sa fratrie ? 

Il est le dernier d'une famille de six enfants : 
  • Sylvain, mort à 17 mois
  • Élisabeth, morte à 2 ans
  • Marie, domestique et journalière à Châteauneuf-sur-Cher
  • François, mort à 5 ans
  • Anne, domestique à Châteauneuf-sur-Cher
(source : Archives départementales du Cher - 3E 3053 - vue 13/282)

Sa soeur Anne est déclarée de sexe masculin sous le prénom de Claude à la naissance et fait rectifier son état-civil le 15 janvier 1853. Il s'agit en effet d'une femme (elle aura d'ailleurs plusieurs enfants) et cette confusion à la naissance est étonnante. 

François LAUBIER a probablement été prénommé François en souvenir de son frère aîné François mort quelques mois avant sa naissance. 

23. Avait-il des relations avec les autres membres de sa famille ? 

Il semble proche de son oncle Sylvain LAUBIER, et de son beau-frère Étienne AUDOT qui est témoin de la naissance et du mariage de sa fille. 

24. Pouvez-vous retracer sa généalogie sur quatre générations ? 

(source : Heredis 2021)

Mis à part son grand-père Pierre de LAUBIER, tous ses ancêtre son illettrés. Sa famille maternelle est originaire du Cher, sa famille paternelle est originaire de la Creuse et de l'Indre. Tous sont laboureurs, sauf ses ancêtres creusois qui sont maçon et charpentier. 

25. Quelle était sa religion ? 

Il était probablement catholique. 

26. Votre ancêtre chez le notaire. 

(source : Archives familiales)

Le 18 décembre 1865, il achète à Jean MONICAULT, journalier et Jeanne RICHARD, devant maître Paul Abel GIRARD, notaire à Châteauneuf, une terre plantée de vignes de 18 ares et 22 centiares située aux Épargnes à Venesmes (Cher) pour la somme de 200 F. 

27. Avez-vous des photos de votre ancêtre ? Pouvez-vous faire un trombinoscope ? 

Je ne possède pas de photographie de cet ancêtre, mais d'après son congé de libération, il mesure 1 m. 71, a les cheveux bruns et les yeux roux, le nez gros et la bouche moyenne. 

28. Y a-t-il une histoire qui se transmet sur cet ancêtre ? Est-elle vraie ? 

Je n'ai pas d'anecdote le concernant. 

29. Comment a-t-elle participé à la vie de la communauté (membre du conseil municipal, cahier de doléances, sage-femme ...) ? 

Il a servi dans l'armée (heureusement en temps de paix) durant sept ans pour son pays avec "honneur et fidélité", d'après son certificat de bonne conduite. 


jeudi 24 décembre 2020

Biographie : Jeanne Nézida NICOLLE

 Jeanne Nézida NICOLLE

|

Jacques François LECAS

|

Juliette Berthe LECAS

|

Ma grand-mère


1. Est-ce que j'ai toutes les informations sur sa naissance ? Son baptême ? Qui étaient ses parrain et marraine ?


(source : Archives départementales du Cher - 3E 1712 - vue 113/217)


Jeanne Nézida NICOLLE est née le 20 février 1824 à Châteauneuf-sur-Cher (Cher). Sa naissance est déclarée le surlendemain à Gilbert DUBOIS, maire de la commune, par Jean NICOLLE, vigneron, son père. Je ne sais pas qui sont ses parrain et marraine, mais les deux témoins de sa naissance sont : 

  • Alexis GAILLARD, journalier
  • Jean CAVOIT, serrurier
Tous deux habitants à Châteauneuf-sur-Cher. 

2. Est-ce que j'ai toutes les informations sur son mariage ? Qui était présent ? Liens de parenté ?

Elle se marie le 19 février 1844 à 10h à Châteauneuf-sur-Cher avec Jacques LECAS, journalier, fils d'André LECAS, cabaretier, et d'Anne CANARD. Elle est âgée de 19 ans et son futur mari de 21 ans. 

Signatures de l'acte de mariage
(source : Archives départementales du Cher - 3E 3059 - vue 188/278)

Les témoins du mariage sont : 
  • Jean LECAS, journalier, frère de l'époux
  • Jean LECAS, maçon, frère de l'époux
  • François Alexis NICOLLE, vigneron, frère de l'épouse
  • Louis ALLARD, marchand, oncle de l'épouse
Tous sont domiciliés à Châteauneuf-sur-Cher. 

3. Comment s'est déroulé le mariage ? 

Le mariage se déroule en présence des parents de l'époux et de la mère de l'épouse, son père étant décédé. 

4. Est-ce que j'ai toutes les informations sur son décès ? Qui était présent ? Où a eu lieu l'enterrement / l'inhumation ? 


(source : Archives départementales du Cher - 3E 5455 - vue 103/175)

Elle meurt le 21 février 1895 à 4h à Châteauneuf-sur-Cher âgée de 71 ans. Le décès est déclaré cinq heures plus tard à Victor MARGOT, maire de la commune par : 
  • André LECAS, maçon, fils de la défunte
  • Jacques François LECAS, maçon, fils de la défunte
Tous deux sont domiciliés à Châteauneuf-sur-Cher où elle a probablement été inhumée. 

5. Est-ce que j'ai toutes les informations sur son passé militaire ? Fiche matricule ? Invalide ? Légion d'honneur ?

Les femmes ne participaient pas à l'armée. 

6. Est-ce que je peux trouver des informations sur elle dans la presse ? 

Je ne trouve pas d'informations dans la presse la concernant. 

7. Quels événements historiques a-t-elle connus ?

Elle naît à la fin du règne de Louis XVIII, se marie sous celui de Louis-Philippe Ier, et meurt au début de la présidence de Félix FAURE en pleine affaire DREYFUS. Elle connaît donc la monarchie, l'empire et la république tout au long de sa vie. 

8. Quelle était son instruction ? 

Elle était illettrée. 

9. Dans quel environnement évoluait-elle ? 

(source : Archives départementales du Cher - 3P 2497/18)

Elle passe toute sa vie dans la ville de Châteauneuf-sur-Cher à différentes adresses. 

10. S'est-elle beaucoup déplacée dans sa vie ? 

Elle s'est peu déplacée, mais a habité des adresses différentes à Châteauneuf-sur-Cher : 
  • 1841 : rue du Champ Bon
  • 1846 : rue du Coq
  • 1861 : rue de l'Abreuvoir
  • 1872 : à nouveau rue du Coq
11. Comment se déplaçait-elle ? 

Elle se déplaçait probablement à pieds. 

12. Quel était son premier métier ? Comment en vivait-elle ? 

Au moment de son mariage, elle était domestique. Châteauneuf-sur-Cher étant un bourg, il y avait des places de bonnes dans les maisons du centre-ville alors que l'emploi des domestiques se démocratise parmi la "classe moyenne". 

13. Quels étaient ses autres métiers ? Comment en vivait-elle ?

Elle est ensuite journalière, aidant probablement son mari à la vigne ou travaillant à la journée pour d'autres cultivateurs. Et une fois plus âgée, elle est ménagère, c'est-à-dire "femme au foyer". 

14. Comment apparaît-elle dans les recensements ? 

(source : Archives départementales du Cher - 27J 0080 - vue 26/49)

Son second prénom, très rare, pose des difficultés aux officiers d'état-civil et aux agents recenseurs. Ainsi, en 1856, elle est nommée Anésida. 

(source : Archives départementales du Cher - 6M 0065 - vue 21/48)

Dans le recensement de 1872, elle est nommée Mésida. On y apprend également que son fils Philippe est "aveugle-né". 

15. Quel était le parler de sa région ? 

Dans le Cher, on parlait berrichon. 

16. Comment s'habillait-elle 

Les femmes berrichonnes portaient une petite coiffe simple, une grande jupe descendant jusqu'aux pieds souvent avec un tablier et des sabots aux pieds. 

17. Combien a-t-elle eu d'enfants ? 

Elle a eu 7 enfants avec son mari Jacques LECAS: 
  • André, maçon et entrepreneur, né le 4 décembre 1844 à Châteauneuf-sur-Cher
  • Catherine, née vers 1847 et morte à 2 ans
  • Jacques François (mon ancêtre), maître maçon, négociant et entrepreneur de maçonnerie, né le 7 janvier 1850 à Châteauneuf-sur-Cher
  • Philippe, chanteur ambulant, né le 26 juin 1852 à Châteauneuf-sur-Cher
  • Pierre, né le 8 juillet 1855 à Châteauneuf-sur-Cher et mort à 9 mois
  • Joséphine, lingère, née le 18 juin 1859 à Châteauneuf-sur-Cher
  • Marie, née le 8 juin 1862 à Châteauneuf-sur-Cher et dont j'ignore la destinée
Jacques François LECAS
(source : Archives familiales)


Joséphine LECAS
(source : Archives familiales)

18. A-t-elle assisté au mariage de ses enfants ? 

Le 10 août 1874, elle assiste à Châteauneuf-sur-Cher au mariage de son fils André avec Catherine Euphrasie POTRONAT, couturière. 

Le 17 février 1879, elle assiste à Châteauneuf-sur-Cher au mariage de son fils Jacques François (mon ancêtre) avec Hélène Louis LAUBIER, couturière. 

Hélène Louis LAUBIER
(source : Archives familiales)

Le 19 décembre 1882, elle assiste à Châteauneuf-sur-Cher au mariage de sa fille Joséphine avec Clément TABASTOT, plâtrier.

Clément TABASTOT
(source : Archives familiales)

Elle n'assiste pas au mariage de son fils Philippe qui se marie à Lyon (Rhône) après son décès. 

19. Que signifie son nom de famille ? 

Selon Filae, NICOLLE est un nom de baptême et matronyme très peu répandu. Il représente le féminin de Nicolas, nom d'origine grecque issu de nike victoire et laos peuple, c'est-a-dire le peuple vainqueur.

20. Qui était son père ? 

Son père était Jean NICOLLE, vigneron et journalier.

21. Qui était sa mère ? 

Sa mère était Madeleine dite Hélène BERNARD, domestique, propriétaire et journalière.

22. Quelle était sa fratrie ? 

Elle est la troisième d'une fratrie de cinq enfants : 
  • François Alexis, vigneron et journalier à Châteauneuf-sur-Cher
  • Jean, mort à 1 an
  • Jeanne, morte à 5 ans
  • Jacques, journalier à Châteauneuf-sur-Cher
23. Avait-elle des relations avec les autres membres de sa famille ? 

Elle semble avoir des liens avec François Alexis, son seul frère survivant, ainsi qu'avec son oncle Louis ALLARD qui est témoin à son mariage. 

24. Pouvez-vous retracer sa généalogie sur quatre générations ? 

(source : Heredis 2021)

Tous ses ancêtres sont originaires du Cher (de Châteauneuf-sur-Cher et de Venesmes). Les métiers sont assez variés avec de nombreux vignerons, un tailleur d'habit, un tisserand, un maître cordonnier et un voiturier par eau / marinier (son arrière-grand-père François GAILLARD). Son grand-père maternel et quatre de ses arrière-grand-parents sont lettrés. Le prénom de Madeleine pour les femmes est prédominant et celui d'Alexis sur les hommes se transmettra jusqu'à son propre fils. 

25. Quelle était sa religion ? 

Elle était probablement catholique. 

26. Votre ancêtre chez le notaire. 

Je ne lui connais pas d'acte notarié. 

27. Avez-vous des photos de votre ancêtre ? Pouvez-vous faire un trombinoscope ? 

Je n'ai pas de photo de cette ancêtre. 

28. Y a-t-il une histoire qui se transmet sur cette ancêtre ? Est-elle vraie ? 

Je n'ai pas d'anecdote la concernant. 

29. Comment a-t-elle participé à la vie de la communauté (membre du conseil municipal, cahier de doléances, sage-femme ...) ? 

Je n'ai pas d'informations à ce sujet.