mercredi 20 octobre 2021

Biographie : Marie BONDONNEAU

 Marie BONDONNEAU

|

Marie PÉQUIOT

|

Pierre FRÉMEAU

|

Pierre Marie Joseph FRÉMEAU

|

Mon grand-père

1. Est-ce que j'ai toutes les informations sur sa naissance ? Son baptême ? Qui étaient ses parrain et marraine ?

(source : Archives départementales du Cher - 3E 840 vue 37/143)

Marie BONDONNEAU est née le 22 novembre 1783 à Venesmes (Cher). Elle est baptisée le même jour par Maître VERNEÜIL, curé de Venesmes. Ses parrain et marraine sont :

  • Étienne BONDONNEAU, oncle de l'enfant
  • Marie DUPUY, voisine de l'enfant

Sa mère meurt des suites de l'accouchement et est inhumée le lendemain. 

2. Est-ce que j'ai toutes les informations sur son mariage ? Qui était présent ? Liens de parenté ?

Elle se marie le 27 janvier 1807 à Venesmes (Cher) avec André PEQUIOT, journalier, veuf de Jeanne AUDAT, fils de Jean PETIOT et de Marie BILLON, marchands. Elle est âgée de 23 ans et son futur époux est âgé de 26 ans. Le mariage est célébré par Antoine TERRASSE, maire de la commune.

Signatures de l'acte de mariage (source : Archives départementales du Cher - 3E 1923 - vue 206/314)
 

Les témoins du mariage sont :

  • Jean PETIOT, marchand, père de l'époux
  • Pierre BILLON, vigneron, allié de l'épouse
  • Jean BONDONNEAU, vigneron, cousin de l'épouse
  • Jean PITAUT, vigneron

3. Comment s'est déroulé le mariage ?

Le mariage se déroule en présence seulement du père de l'époux, les parents de Marie BONDONNEAU étant alors décédés. 

4. Est-ce que j'ai toutes les informations sur son décès ? Qui était présent ? Où a eu lieu l'enterrement ?

(source : Archives départementales du Cher - 3E 3828 vue 192/200)
 

Elle meurt le 19 février 1865 à 7h à Chérigny à Venesmes (Cher) âgée de 81 ans. Le décès est déclaré une heure plus tard à Pierre TERRASSE, maire de la commune, par :

  • François SOULAT, journalier à Chérigny à Venesmes (Cher), gendre de la défunte
  • Jean FRÉMEAU, journalier à Venesmes (Cher), gendre de la défunte

Elle a probablement été inhumée dans cette commune. 

5. Est-ce que j'ai toutes les informations sur son passé militaire ?

Les femmes ne participaient pas à l'armée.

6. Est-ce que je peux trouver des informations sur elle dans la presse ?

Non. 

7. Quels évènements historiques a-t-elle connus ?

Elle naît sous le règne de Louis XVI, roi de France et de Navarre (elle a 6 ans quand éclate la Révolution française), se marie sous le règne de Napoléon Ier, empereur des Français, et meurt sous le règne de Napoléon III, empereur des Français. 

8. Quelle était son instruction ?

Elle était illettrée.

9. Dans quel environnement évoluait-elle ?   

(source : Heredis 2021)

 Elle naît et passe sa vie au bourg de Venesmes (Cher) qui compte alors environ 1100 habitants. Elle vit momentanément à Châteauneuf-sur-Cher (Cher) entre 1843 et 1844 avant de revenir à Venesmes et de terminer sa vie au Village de Chérigny dans cette commune. 

10. S'est-elle beaucoup déplacée dans sa vie ?

Je ne lui connais pas d'autres déplacements hors de ces deux communes. 

11. Comment se déplaçait-elle ?

Elle se déplaçait probablement à pieds. 

12. Quel était son premier métier ? Comment en vivait-elle ?

Elle est d'abord mentionnée comme propriétaire, ce qui signifie qu'elle possédait sa maison et peut-être des terres agricoles. 

13. Quels étaient ses autres métiers ? Comment en vivait-elle ?

Elle est ensuite journalière (travailleuse agricole à la journée en échange d'un maigre salaire) et ménagère (équivalent de femme au foyer). 

14. Comment apparaît-elle dans les recensements ?

(source : Archives départementales du Cher - 27J 0073 - vue 8/41)

Le premier recensement où je la retrouve est celui de Venesmes (Cher) en 1851. Elle vit alors avec sa fille Marie, son gendre Jean FRÉMEAU et leurs enfants Gilbert, Pierre, Jean et Henri. 

(source : Archives départementales du Cher - 27J 0089 - vue 4/22)

En 1856, elle vit dans la même commune, mais cette fois avec son petit-fils Gilbert VANNIER âgé de 9 ans. 

15. Quel était le parler de sa région ?

On y parlait le berrichon. 

16. Combien a-t-elle eu d'enfants ?

Elle a eu onze enfants de son mariage avec André PEQUIOT :

  • Jeanne, morte à 19 ans à Venesmes (Cher)
  • Jean, sergent-fourrier de la Garde nationale, propriétaire, marchand, cabaretier et charretier à Châteauneuf-sur-Cher (Cher)
  • Gilbert, marchand, maire de Venesmes et propriétaire à Venesmes (Cher)
  • Françoise, femme d'un journalier à Venesmes (Cher)
  • Pierre, propriétaire et journalier à La Bouloie à Venesmes (Cher)
  • Marie (mon ancêtre), domestique, journalière et ménagère à Venesmes (Cher)
  • Solange (jumelle de la précédente), domestique à Mehun-sur-Yèvre (Cher)
  • enfant mort né à Venesmes (Cher)
  • Gilbert, domestique à Bourges (Cher)
  • Marie Anne, domestique et ménagère à Venesmes (Cher)
  • Claude, mort à 3 jours à Venesmes (Cher)

17. A-t-elle assisté au mariage de ses enfants ?

Le 14 février 1843 à Châteauneuf-sur-Cher (Cher), elle assiste au mariage de son fils Gilbert avec Marie Anne COUDERAU.

Le 27 février 1843 à Venesmes (Cher), elle assiste au mariage de sa fille Solange avec Gervais VANNIER, vigneron.

Le 10 décembre 1844 à Venesmes (Cher), elle assiste au mariage de sa fille Marie Anne avec Gervais PEYRET, vigneron.

18. Que signifie son nom de famille ?

Selon Geneanet, c'est un dérivé du nom BONDON. Outre son sens actuel de bonde de tonneau, le mot "bondon" a désigné en moyen français le ventre. Ce serait donc le surnom d'un homme ventru (à noter que Rabelais emploie aussi le mot pour désigner la braguette). 

19. Qui était son père ?

Son père était Jean BONDONNEAU, vigneron et journalier.

20. Qui était sa mère ?

Sa mère était Marguerite PERRET. Elle meurt le jour de sa naissance.

21. Quelle était sa fratrie ?

Elle est le seul enfant de ses parents et a trois frères et soeur cadets issus du second mariage de son père :

  • Marie, morte à 6 jours à Venesmes (Cher)
  • François Gilbert, vigneron et propriétaire à Venesmes (Cher)
  • Pierre, journalier, propriétaire et vigneron à Venesmes (Cher)

22. Avait-elle des relations avec les autres membres de sa famille ?

Elle semble avoir des liens avec ses deux frères qui sont témoins des différents actes de la famille. 

23. Pouvez-vous retracer sa généalogie sur quatre générations ?

(source : Heredis 2021)

Tous ses ancêtres sont originaires du Cher et sont illettrés. Ils sont tous travailleurs de la terre (manoeuvres, vignerons, journaliers) à l'exception de son arrière-grand-père Denis GUIGNARD qui était tailleur d'habits. 

24. Quelle était sa religion ?

Elle était catholique. 

25. Votre ancêtre chez le notaire.

Je ne lui connais pas d'acte notarié.

26. Avez-vous des photos de votre ancêtre ?

Non.

27. Y a-t-il une histoire qui se transmet sur cette ancêtre ? Est-elle vraie ?

Je n'ai pas d'anecdote à son sujet. 

28. Comment a-t-elle participé à la vie de la communauté ?

Je n'ai pas d'informations à ce sujet.


mardi 19 octobre 2021

Biographie : André PEQUIOT

 André PEQUIOT

|

Marie PÉQUIOT

|

Pierre FRÉMEAU

|

Pierre Marie Joseph FRÉMEAU

|

Mon grand-père

1. Est-ce que j'ai toutes les informations sur sa naissance ? Son baptême ? Qui étaient ses parrain et marraine ?

(source : Archives départementales du Cher - 3E 2478 - vue 113/127)

André PEQUIOT est né le 30 janvier 1780 à Venesmes (Cher). Il est baptisé le même jour par Maître VERNEÜIL, curé de Venesmes. Ses parrain et marraine sont :

  • André DORÉ, domestique
  • Jeanne SULPICE, servante

2. Est-ce que j'ai toutes les informations sur son mariage ? Qui était présent ? Liens de parenté ?

Il se marie le 2 pluviôse an XIII (22 janvier 1805) à Venesmes (Cher) avec Jeanne AUDAT, fille des défunts André AUDAT, laboureur, et de Françoise PITAUT. Il est âgé de 24 ans et sa future épouse est âgée de 27 ans. Le mariage est célébré par Antoine TERRASSE, maire de la commune. 

Signatures de l'acte de mariage (source : Archives départementales du Cher - 3E 1923 - vue 166/314)

Les témoins du mariage sont :

  • Jean PETIOT, marchand, père de l'époux
  • Jean BILLON, vigneron, beau-frère de l'épouse
  • François BILLON, vigneron, allié de l'épouse
  • Sébastien JACQUIN, vigneron, allié de l'époux

Tous sont domiciliés à Venesmes (Cher). 

Après la mort de sa première femme, il se marie le 27 janvier 1807 à Venesmes (Cher) avec Marie BONDONNEAU, fille des défunts Jean BONDONNEAU et Marguerite PERRET. Il est âgé de 26 ans et sa future épouse est âgée de 23 ans. Le mariage est célébré par Antoine TERRASSE, maire de la commune. 

Signatures de l'acte de mariage (source : Archives départementales du Cher - 3E 1923 - vue 206/314)

Les témoins du mariage sont :

  • Jean PETIOT, marchand, père de l'époux
  • Pierre BILLON, vigneron, allié de l'épouse
  • Jean BONDONNEAU, vigneron, cousin de l'épouse
  • Jean PITAUT, vigneron

3. Comment s'est déroulé le mariage ?

Les deux mariages se déroulent en présence du père de l'époux, ses beaux-parents étant à chaque fois décédés.  

4. Est-ce que j'ai toutes les informations sur son décès ? Qui était présent ? Où a eu lieu l'enterrement ?

(source : Archives départementales du Cher - 3E 3493 - vue 135/322)

Il meurt le 7 mai 1834 à Venesmes (Cher) âgé de 54 ans. Le décès est déclaré le soir même à Antoine TERRASSE, maire de la commune, par :

  • Gilbert BONDONNEAU, propriétaire, beau-frère du défunt
  • Pierre BONDONNEAU, propriétaire, beau-frère du défunt

Tous deux sont domiciliés à Venesmes (Cher) où il a probablement été inhumé. 

5. Est-ce que j'ai toutes les informations sur son passé militaire ?

Je n'ai pas d'informations à son sujet, mais son fils Jean fut sergent-fourrier de la Garde nationale à la Restauration.

(source : The New York Public Library, France, 1829-1830)

6. Est-ce que je peux trouver des informations sur lui dans la presse ?

Non. 

7. Quels évènements historiques a-t-il connus ?

Il naît sous le règne de Louis XVI, roi de France et de Navarre, se marie sous le règne de Napoléon Ier, empereur des Français, et meurt sous le règne de Louis-Philippe Ier, roi des Français. 

8. Quelle était son instruction ?

Signature d'André PEQUIOT

Il savait lire et écrire.

9. Dans quel environnement évoluait-il ?

(source : Photo personnelle)

Il a vécu toute sa vie à Venesmes (Cher). Comme lui et son père étaient marchands épiciers, il est possible qu'il ait vécu dans cette maison (actuellement en travaux) qui semble être la seule épicerie du village. La commune comptait environ 1100 habitants à l'époque.

10. S'est-il beaucoup déplacé dans sa vie ?

Je ne lui connais aucun déplacement en dehors de sa commune de résidence.

11. Comment se déplaçait-il ?

Il se déplaçait probablement à pieds.

12. Quel était son premier métier ? Comment en vivait-il ?

Il est d'abord vigneron, ce qui signifie qu'il cultive de la vigne et en produit du vin. "La culture de la vigne, par contre, tenait une grande place, mais de façon très morcelée : chaque paysan avait deux ou trois rangs de vigne situés dans des endroits propices." (source : Marcel AUBERT, Venesmes et le canton de Châteauneuf-sur-Cher à la fin de l'Ancien Régime et sous la Révolution, Bourges, Éditions CGH-B, 2010, p. 16)

13. Quels étaient ses autres métiers ? Comment en vivait-il ?

Il est successivement journalier, marchand, propriétaire, revendeur et marchand épicier. Il tenait ce qui devait être la seule épicerie de la commune.

14. Comment apparaît-il dans les recensements ?

Il n'y a pas de recensements à son époque.

15. Quel était le parler de sa région ?

On y parlait le berrichon. 

16. Combien a-t-il eu d'enfants ?

Il est le père de douze enfants issus de ses deux mariages. 

Il a eu un enfant de son mariage avec Jeanne AUDAT :

  • Jean, mort à 8 jours à Venesmes (Cher)

Il a eu onze enfants de son mariage avec Marie BONDONNEAU :

  • Jeanne, morte à 19 ans à Venesmes (Cher)
  • Jean, sergent-fourrier de la Garde nationale, propriétaire, marchand, cabaretier et charretier à Châteauneuf-sur-Cher (Cher)
  • Gilbert, marchand, maire de Venesmes et propriétaire à Venesmes (Cher)
  • Françoise, femme d'un journalier à Venesmes (Cher)
  • Pierre, propriétaire et journalier à La Bouloie à Venesmes (Cher)
  • Marie (mon ancêtre), domestique, journalière et ménagère à Venesmes (Cher)
  • Solange (jumelle de la précédente), domestique à Mehun-sur-Yèvre (Cher)
  • enfant mort né à Venesmes (Cher)
  • Gilbert, domestique à Bourges (Cher)
  • Marie Anne, domestique et ménagère à Venesmes (Cher)
  • Claude, mort à 3 jours à Venesmes (Cher)

17. A-t-il assisté au mariage de ses enfants ?

Le 26 octobre 1831 à Venesmes (Cher), il assiste au mariage de son fils Jean avec Catherine BONDONNEAU.

18. Que signifie son nom de famille ?

Son nom, PÉQUIOT, originellement PETIOT, est, d'après Geneanet, un diminutif de l'adjectif "petit". 

19. Qui était son père ?

Son père était Jean PETIOT, journalier, manoeuvre, laboureur, vigneron, marchand mercier et marchand épicier. 

20. Qui était sa mère ?

Sa mère était Marie BILLON, marchande. 

21. Quelle était sa fratrie ?

Il est le quatrième d'une fratrie de treize enfants issus des deux mariages de son père (dont seuls sa soeur et lui atteindront l'âge adulte) :

  • Jean, mort à 3 ans à Venesmes (Cher)
  • Marie, morte à 13 jours à Venesmes (Cher)
  • Jean, mort à 9 jours à Venesmes (Cher)
  • Claude, mort à 4 ans à Venesmes (Cher)
  • Jeanne dite Catherine, femme d'un vigneron à Bourges (Cher)
  • André, mort à 7 mois à Venesmes (Cher)
  • Jean, mort à 9 ans à Venesmes (Cher)
  • Gilbert, mort à 6 ans à Venesmes (Cher)
  • Étienne, mort à 20 jours à Venesmes (Cher)
  • Marie, morte à 3 ans à Venesmes (Cher)
  • Françoise, morte à 8 mois à Venesmes (Cher)
  • Marie, morte à 4 mois à Venesmes (Cher)

22. Avait-il des relations avec les autres membres de sa famille ?

Il semble être en contact avec sa seule soeur survivante car son fils sera témoin du décès de cette dernière. 

23. Pouvez-vous retracer sa généalogie sur quatre générations ?

(source : Heredis 2021)
 
Tous ses ancêtres sont originaires du Cher et sont illettrés. Ils sont pour beaucoup travailleurs de la terre (journaliers, manoeuvres, vignerons, laboureurs), du tissu (tisserand, mercier) et commerçants (marchand.e.s, épiciers, mercier). 
 
24. Quelle était sa religion ?

Il était catholique. 

25. Votre ancêtre chez le notaire.

Je ne lui connais pas d'acte notarié.

26. Avez-vous des photos de votre ancêtre ?

Non.

27. Y a-t-il une histoire qui se transmet sur cet ancêtre ? Est-elle vraie ?

Je n'ai pas d'anecdote à son sujet. 

28. Comment a-t-il participé à la vie de la communauté ?

Il était commerçant dans sa commune (probablement le seul au regard de la taille de la commune) : marchand mercier et marchand épicier. Il devait avoir de nombreux habitants venant s'approvisionner dans son commerce. Son fils Gilbert fut maire de Venesmes.


lundi 18 octobre 2021

Biographie : Marguerite LECLERC

 Marguerite LECLERC

|

Jean FRÉMEAU

|

Pierre FRÉMEAU

|

Pierre Marie Joseph FRÉMEAU

|

Mon grand-père

1. Est-ce que j'ai toutes les informations sur sa naissance ? Son baptême ? Qui étaient ses parrain et marraine ?


(source : Archives départementales du Cher - 3E 841 - vue 49/282)

Marguerite LECLERC est née le 17 floréal an II (6 mai 1794) à 14h au Village de La Bouloie à Venesmes (Cher). Sa naissance est déclarée le jour-même à Gilbert BILLON, membre du conseil général de la commune de Venesmes (Cher) par Jean BEGASSAT, son oncle. Je ne sais pas qui sont ses parrain et marraine, mais les témoins de sa naissance sont :

  • Marguerite PLASSON
  • Marie BEGASAT

Toutes deux sont domiciliées au Village de La Bouloie à Venesmes (Cher). 

2. Est-ce que j'ai toutes les informations sur son mariage ? Qui était présent ? Liens de parenté ? 

Elle se marie le 26 février 1816 à Corquoy (Cher) avec Marc FROMEAU, domestique, fils des défunts Claude FROMOT et Jeanne SOULAT. Elle est âgée de 21 ans et son futur époux est âgé de 19 ans. Le mariage est célébré par l'adjoint au maire de la commune. 

Signature de l'acte de mariage (source : Archives départementales du Cher - 3E 1729 - vue 157/165)

 

Les témoins du mariage sont :

  • Nicolas BARACHET, journalier à Venesmes (Cher), oncle de l'époux
  • Jacques SOULAT, journalier à Saint-Baudel (Cher), oncle de l'époux
  • Claude BANGY, demeurant à Saint-Baudel (Cher)
  • Claude LECLERC, demeurant à Montlouis (Cher), frère de l'épouse

Après la mort de son premier époux, elle se marie le 11 décembre 1838 à 8h à Venesmes (Cher) avec Claude PLASSON, laboureur, veuf de Marie de VERNEUIL, fils des défunts Jean PLASSON, journalier, et Jeanne BEGASSAT. Elle est âgée de 44 ans et son futur mari est âgé de 61 ans. 

Signature de l'acte de mariage (source : Archives départementales du Cher - 3E 3493 - vue 279/322)

Les témoins du mariage sont :

  • Simon VECTEIGNÉ, sabotier à Châteauneuf-sur-Cher (Cher)
  • François BILLON dit Petit, laboureur à Venesmes (Cher)
  • Jean BILLON, vigneron à Venesmes (Cher)
  • Blaise VEDEAU, laboureur à Venesmes (Cher)

3. Comment s'est déroulé le mariage ?

Pour le premier mariage, la future épouse se marie en présence de ses père et mère. Le futur époux se marie sous l'autorité de son arrière-grand-oncle, Antoine BANGY, propriétaire à Saint-Baudel (Cher), ses parents étant décédés.

4. Est-ce que j'ai toutes les informations sur son décès ? Qui était présent ? Où a eu lieu l'enterrement ?

 

(source : Archives départementales du Cher - 3E 3497 - vue 47/132)
 

Elle meurt le 10 février 1857 à 4h à Hurtault à Venesmes (Cher) âgée de 62 ans. Le décès est déclaré le lendemain à Pierre TERRASSE, maire de la commune, par :

  • Jean FRÉMEAU, journalier à Venesmes, fils de la défunte
  • Pierre PLASSON, laboureur à Saint-Symphorien, beau-fils de la défunte

Elle a probablement été inhumée dans cette commune. 

5. Est-ce que j'ai toutes les informations sur son passé militaire ?

Les femmes ne participaient pas à l'armée. 

6. Est-ce que je peux trouver des informations sur elle dans la presse ?

Non. 

7. Quels évènements historiques a-t-elle connus ?

Elle naît sous la Convention, se marie une première fois sous le règne de Louis XVIII, roi de France et de Navarre, une deuxième fois sous le règne de Louis-Philippe Ier, roi des Français, et meurt sous le règne de Napoléon III, empereur des Français. 

8. Quelle était son instruction ?

Elle était illettrée. 

9. Dans quel environnement évoluait-elle ?

(source : Heredis 2021)
 

Elle naît au Village de La Bouloie à Venesmes (1 sur la carte), puis au Domaine de Grammont à Corquoy (11 sur la carte) et enfin à au Village d'Hurtault à Venesmes (18+ sur carte). La commune de Venesmes comptait environ 1100 habitants à son époque. 

10. S'est-elle beaucoup déplacée dans sa vie ?

En dehors de ces deux communes, elle se rend également à Châteauneuf-sur-Cher (Cher) pour le mariage de son fils. Elle évolue donc dans une aire géographique relativement restreinte. 

11. Comment se déplaçait-elle ?

Elle se déplaçait probablement à pieds. 

12. Quel était son premier métier ? Comment en vivait-elle ?

Le premier métier que je lui connais, après son premier veuvage, est celui de domestique. Elle était probablement en service dans une maison. 

13. Quels étaient ses autres métiers ? Comment en vivait-elle ?

Elle est ensuite qualifiée de métayère (personne qui cultive une terre en échange d'une partie de la récolte allant au propriétaire), et de ménagère (équivalent de femme au foyer). 

14. Comment apparaît-elle dans les recensements ?

(source : Archives départementales du Cher - 27J 0035 - vue 24/39)

Dans le premier recensement où je la retrouve en 1841 à Hurtault à Venesmes (Cher) elle est nommée Marguerite CLAIRE et vit avec son second mari Claude PLASSON. 


(source : Archives départementales du Cher - 27J 0050 - vues 26-27/40)

En 1846, elle est dénommée de la même manière, et vit au même lieu, mais cette fois-ci avec son fils Claude FRÉMEAU et trois domestiques, probablement employés aux travaux agricoles.

15. Quel était le parler de sa région ?

On y parlait le berrichon. 

16. Combien a-t-elle eu d'enfants ?

Elle a eu trois enfants de son mariage avec Marc FROMEAU :

  • Jean (mon ancêtre), domestique, journalier, vigneron et propriétaire, né le 12 décembre 1816 à Corquoy (Cher)
  • Marie dite Françoise, domestique, journalière et ménagère, née le 19 août 1819 à Corquoy (Cher)
  • Claude, laboureur, journalier, propriétaire et cultivateur, né le 9 octobre 1822 à Corquoy (Cher)

17. A-t-elle assisté au mariage de ses enfants ?

Le 19 mai 1840 à Corquoy (Cher), elle assiste au mariage de sa fille Marie dite Françoise avec François LABALLERY, laboureur.

Le 7 février 1842 à Châteauneuf-sur-Cher (Cher), elle assiste au mariage de son fils Jean avec Marie PEQUIOT, domestique. 

Le 9 avril 1850 à Venesmes (Cher), elle assiste au mariage de son fils Claude avec Catherine RICHARD, fille d'un vigneron.

18. Que signifie son nom de famille ?

D'après Geneanet, ce nom renvoie au mot clerc (du latin clericus), qui désigne au départ un membre du clergé par opposition au laïc, mais qui au moyen âge désignait également quelqu'un de lettré. 

19. Qui était son père ?

Son père était Anselme dit Jean LECLERC, journalier et laboureur.

20. Qui était sa mère ?

Sa mère était Françoise LABALLERY, laboureuse. 

21. Quelle était sa fratrie ?

Elle est la cinquième d'une fratrie de sept enfants :

  • Sylvain, laboureur, cultivateur et journalier à Corquoy (Cher)
  • Jean, mort à 6 mois à Venesmes (Cher)
  • Claude, laboureur, cultivateur et journalier à Corquoy (Cher)
  • Marie, femme de laboureurs à Corquoy (Cher)
  • Marie, femme d'un journalier et d'un laboureur à Corquoy (Cher)
  • Marie, ménagère à Corquoy (Cher)

22. Avait-elle des relations avec les autres membre de sa famille ?

Elle semble proche de son frère Claude LECLERC et de son beau-frère Pierre POUPLOT qui sont témoins de plusieurs actes de sa famille. 

23. Pouvez-vous retracer sa généalogie sur quatre générations ?

(source : Heredis 2021)
 

Tous ses ancêtres sont originaires du Cher et sont illettrés. Ils sont tous travailleurs de la terre (laboureurs et laboureuses, manoeuvres, journalier.e.s, métayère) à deux exceptions près : son grand-père Sylvain LE CLERC qui était domestique et charbonnier, et son arrière-grand-père Jean AUROUX qui était marguillier (c'est-à-dire chargé de l'administration de sa paroisse). 

24. Quelle était sa religion ?

Elle était probablement catholique. 

25. Votre ancêtre chez le notaire.

Je ne lui connais pas d'acte notarié.

26. Avez-vous des photos de votre ancêtre ?

Non.

27. Y a-t-il une histoire qui se transmet sur cette ancêtre ? Est-elle vraie ?

Je n'ai pas d'anecdote à son sujet. 

28. Comment a-t-elle participé à la vie de la communauté ?

Je n'ai pas d'informations à ce sujet.


 

samedi 16 octobre 2021

Biographie : Marc FROMEAU

 Marc FROMEAU

|

Jean FRÉMEAU

|

Pierre FRÉMEAU

|

Pierre Marie Joseph FRÉMEAU

|

Mon grand-père

1. Est-ce que j'ai toutes les informations sur sa naissance ? Son baptême ? Qui étaient ses parrain et marraine ?


(source : Archives départementales du Cher - 3E 643 - vue 5/218)

Marc FROMEAU est né le 9 nivôse an V (29 décembre 1796) à 2h aux Grands Gazons à Montlouis (Cher). Sa naissance est déclarée neuf heures plus tard à Antoine DUBOIS, agent municipal, par son père, Claude FROMOT, laboureur aux Grands Gazons à Montlouis (Cher). Je ne sais pas qui sont ses parrain et marraine, mais les témoins de sa naissance sont : 

  • Marc LARDUINAT, laboureur
  • Nicolas BARACHET, laboureur, oncle de l'enfant

Tous deux sont domiciliés aux Grands Gazons à Montlouis (Cher). 

2. Est-ce que j'ai toutes les informations sur son mariage ? Qui était présent ? Liens de parenté ?

Il se marie le 26 février 1816 à Corquoy (Cher) avec Marguerite LECLERC, fille d'Anselme dit Jean LECLERC, laboureur, et de Françoise LABALLERY. Il est âgé de 19 ans et sa future épouse est âgée de 21 ans. Le mariage est célébré par l'adjoint au maire de la commune. 

Signature de l'acte de mariage (source : Archives départementales du Cher - 3E 1729 - vue 157/165)

Les témoins du mariage sont :

  • Nicolas BARACHET, journalier à Venesmes (Cher), oncle de l'époux
  • Jacques SOULAT, journalier à Saint-Baudel (Cher), oncle de l'époux
  • Claude BANGY, demeurant à Saint-Baudel (Cher)
  • Claude LECLERC, demeurant à Montlouis (Cher), frère de l'épouse

3. Comment s'est déroulé le mariage ?

Le futur époux se marie sous l'autorité de son arrière-grand-oncle, Antoine BANGY, propriétaire à Saint-Baudel (Cher), ses parents étant décédés. La future épouse se marie en présence de ses père et mère. 

4. Est-ce que j'ai toutes les informations sur son décès ? Qui était présent ? Où a eu lieu l'enterrement ?

(source : Archives départementales du Cher - 3E 1730 - vue 78/119)
 

Il meurt le 28 août 1822 à 1h à Grammont à Corquoy (Cher) âgé de 25 ans. Le décès est déclaré le soir-même à Gatien GIMONET, maire de la commune, par :

  • Claude LECLERC, laboureur à Grammont à Corquoy (Cher), beau-frère du défunt
  • Pierre POUPLOT, laboureur à Grammont à Corquoy (Cher), beau-frère du défunt

Il a probablement été inhumé dans cette commune. 

5. Est-ce que j'ai toutes les informations sur son passé militaire ?

Je n'ai pas d'informations à ce sujet, mais je sais que son frère Laurent était soldat au 18e régiment d'infanterie de ligne. 

6. Est-ce que je peux trouver des informations sur lui dans la presse ?

Non. 

7. Quels évènements historiques a-t-il connus ?

Il naît sous le Directoire, se marie et meurt sous le règne de Louis XVIII, roi de France et de Navarre. 

8. Quelle était son instruction ?

Il était illettré. 

9. Dans quel environnement évoluait-il ?

(source : Jean-Claude DEZAUCHE, La Province de Berry, Paris, 1781)

Il vit entre les communes de Montlouis, Villecelin et Corquoy dans le Cher. Cette dernière commune compte à l'époque environ 400 habitants. 

10. S'est-il beaucoup déplacé dans sa vie ?

(source : Heredis 2021)

Il naît aux Grands Gazons à Montlouis (Cher), puis vit à Villecelin (Cher) au moment de son mariage, enfin, il vit à Grammont à Corquoy (Cher), demeure de sa belle-famille, à partir de son mariage et jusqu'à sa mort précoce. Il se rend également à Venesmes (Cher) pour le décès de son oncle Nicolas BARACHET, et le mariage de son frère Jacques avec Catherine RICHARD (en 1821 et 1822).

11. Comment se déplaçait-il ? 

Il se déplaçait probablement en voiture à cheval ou à boeufs car il était laboureur, ce qui signifie qu'il possédait des machines agricoles et des animaux. 

12. Quel était son premier métier ? Comment en vivait-il ?

Au moment de son mariage, il est domestique ce qui signifie qu'il est serviteur ou travailleur agricole au sein d'une maison. 

13. Quels étaient ses autres métiers ? Comment en vivait-il ?

Il est ensuite laboureur (paysan possédant des machines agricoles et des bêtes), journalier (employé à la journée à des travaux agricoles) et cultivateur. 

14. Comment apparaît-il dans les recensements ?

Il n'y a pas de recensements à son époque. 

15. Quel était le parler de sa région ?

On y parlait le berrichon. 

16. Combien a-t-il eu d'enfants ?

Il a eu trois enfants de son mariage avec Marguerite LECLERC :

  • Jean (mon ancêtre), domestique, journalier, vigneron et propriétaire, né le 12 décembre 1816 à Corquoy (Cher)
  • Marie dite Françoise, domestique, journalière et ménagère, née le 19 août 1819 à Corquoy (Cher)
  • Claude, laboureur, journalier, propriétaire et cultivateur, né le 9 octobre 1822 à Corquoy (Cher)

17. A-t-il assisté au mariage de ses enfants ?

Il est mort très jeune, bien avant que ses enfants ne se marient. 

18. Que signifie son nom de famille ?

Geneant indique que c'est un nom de personne d'origine germanique, sans doute Framaldus (fram = vaillant + waldan = gouverner).

19. Qui était son père ?

 Son père était Claude FROMOT, laboureur, cultivateur et journalier.

20. Qui était sa mère ?

 Sa mère était Jeanne SOULAT, domestique de François Merlin. 

21. Quelle était sa fratrie ?

Il est le quatrième d'une fratrie de neuf enfants :

  •  Laurent, soldat au 18e régiment d'infanterie de ligne, mort de dysenterie à Belfort (Territoire de Belfort)
  •  Jeanne, morte à 4 mois aux Grands Gazons à Montlouis (Cher)
  •  Jacques, dont j'ignore la destinée
  •  Jacques, salarié, domestique, journalier et propriétaire à Sçay à Venemses (Cher) et à Saint-Symphorien (Cher). 
  •  Marie, femme de ménage à Chambon (Cher)
  •  Laurent, dont j'ignore la destinée
  •  Nicolas, mort à 2 jours à Montlouis (Cher)
  •  Marie, morte à 3 mois et demi à Montlouis (Cher)

22. Avait-il des relations avec les autres membres de sa famille ?

Il semble proche de ses frères et soeurs (il est témoin du mariage de son frère Jacques) et de ses oncles BANGY et BARACHET. 

23. Pouvez-vous retracer sa généalogie sur quatre générations ?

 

(source : Heredis 2021)

Tous ses ancêtres sont originaires du Cher (sauf son arrière-grand-mère Marie SERVANTIER qui est originaire de l'Allier) et tous sont illettrés. Ils sont pour la plupart travailleurs de la terre (journaliers, laboureurs, manoeuvres, cultivateurs), domestiques, et travailleurs du métal (maître taillandier, maréchal). 

24. Quelle était sa religion ?

Il était probablement catholique. 

25. Votre ancêtre chez le notaire.

Je ne lui connais pas d'acte notarié.

26. Avez-vous des photos de votre ancêtre ?

Non.

27. Y a-t-il une histoire qui se transmet sur cet ancêtre ? Est-elle vraie ?

Je n'ai pas d'anecdote à son sujet. 

28. Comment a-t-il participé à la vie de la communauté ?

Je n'ai pas d'informations à ce sujet.

Biographie : Louise POTTIER

 Louise POTTIER

|

Marie Louise FEAU

|

Joséphine Marie BENOIST

|

Madeleine Marie Victorine BRANCHU

|

Ma grand-mère

1. Est-ce que j'ai toutes les informations sur sa naissance ? Son baptême ? Qui étaient ses parrain et marraine ?

(source : Archives départementales de la Sarthe - 5Mi 24_11 - vue 323/363)

Louise POTTIER est née le 3 décembre 1821 à 2h à Ballon (Sarthe). Sa naissance est déclarée l'après-midi même à Étienne Louis GUIET, maire de la commune, par son père, Marin POTTIER, journalier au Grand Chemin à Ballon (Sarthe). Je ne sais pas qui sont ses parrain et marraine, mais les deux témoins de sa naissance sont :

  • Noël CORBEAU, tisserand, oncle de l'enfant
  • Jean LECHAPPÉ, fripier

Tous deux sont domiciliés à Ballon (Sarthe). 

2. Est-ce que j'ai toutes les informations sur son mariage ? Qui était présent ? Liens de parenté ?

Elle se marie le 18 janvier 1846 à 16h à Montbizot (Sarthe) avec Arsène François FEAU, domestique, fils de défunt Jean FEAU, et de Rose CHAMPION, journalière. Elle est âgée de 24 ans et son futur époux est âgé de 18 ans. Le mariage est célébré par Louis LEBOURDAIS, maire de la commune. 

Signatures de l'acte de mariage (source : Archives départementales de la Sarthe - 5Mi 216_11 - vue 200/261)
 Les témoins du mariage sont :
  • Joseph PICHON, cultivateur
  • Joseph DULUARD, cordonnier
  • Adolphe CUREAU, menuisier
  • Jean MERLAND, cultivateur et adjoint au maire de Montbizot

Tous sont domiciliés à Montbizot (Sarthe).

3. Comment s'est déroulé le mariage ?

Le mariage se déroule en présence du père de l'épouse et de la mère de l'époux. La mariée est enceinte de huit mois au moment du mariage.

4. Est-ce que j'ai toutes les informations sur son décès ? Qui était présent ? Où a eu lieu l'enterrement ?

 

(source : Archives départementales de la Sarthe - 5Mi 216_16-18- vue 310/330)
 

Elle meurt le 17 janvier 1881 à 9h30 aux Louveries à Montbizot (Sarthe) âgée de 59 ans. Le décès est déclaré trente minutes plus tard à Augustin PICHON, adjoint au maire de la commune par :

  • Pierre Victor POTTIER, cultivateur, frère de la défunte
  • Gustave BENOIST, ajusteur, gendre de la défunte

Tous deux sont domiciliés à Montbizot (Sarthe) où elle a probablement été enterrée. 

5. Est-ce que j'ai toutes les informations sur son passé militaire ?

Les femmes ne participaient pas à l'armée.

6. Est-ce que je peux trouver des informations sur elle dans la presse ?

(source : Journal officiel de la République française, 30 juin 1902, p. 128b)

 En 1902, elle est mentionnée au Journal officiel dans la liste des sommes abandonnées depuis 1872 sur des livrets d'épargne à la Caisse d'épargne de La Flèche, succursale de Noyen, où elle a laissé 2, 84 F.

7. Quels évènements historiques a-t-elle connus ?

Elle naît sous le règne de Louis XVIII, roi de France et de Navarre, se marie sous le règne de Louis-Philippe Ier, roi des Français, et meurt sous la présidence de Jules GRÉVY. 

8. Quelle était son instruction ?

Elle était illettrée.

9. Dans quel environnement évoluait-elle ?

Elle naît à Ballon (Sarthe) puis vit probablement à Souligné-sous-Ballon (Sarthe) après le veuvage de son père, mais elle passe la plupart de sa vie à Montbizot (Sarthe).

(source : Archives départementales de la Sarthe - 2Fi03000)

À cette époque, la commune est peuplée d'environ 900 habitants. 

10. S'est-elle beaucoup déplacée dans sa vie ?

(source : Heredis 2021)

En dehors des communes citées au-dessus, je ne lui connais pas d'autres déplacements dans sa vie, mis à part à Saint-Jamme-sur-Sarthe (Sarthe) pour le mariage de sa fille.

11. Comment se déplaçait-elle ?

Elle se déplaçait probablement à pieds. 

12. Quel était son premier métier ? Comment en vivait-elle ?

Au moment de son mariage, elle est domestique. Elle est donc probablement employée dans une maison.

13. Quels étaient ses autres métiers ? Comment en vivait-elle ?

Elle est ensuite journalière, ce qui signifie qu'elle effectue des travaux agricoles payés à la journée contre un maigre salaire.

14. Comment apparaît-elle dans les recensements ?

Les recensements de la Sarthe sont inexistants la concernant.

15. Quel était le parler de sa région ?

On y parlait le sarthois.

16. Combien a-t-elle eu d'enfants ?

Elle est la mère d'une fille naturelle avant son mariage :

  • Louise Thérèse, née le 1er octobre 1844 aux Landes à Montbizot (Sarthe) et morte à 4 mois

Elle a deux filles de son mariage avec Arsène François FEAU :

  • Marie Louise (mon ancêtre), couturière, cuisinière et ménagère, née le 27 février 1846 aux Landes à Montbizot (Sarthe)
  • Louise Marie, née le 25 août 1852 aux Louveries à Montbizot (Sarthe) et morte à un mois

17. A-t-elle assisté au mariage de ses enfants ?

Le 10 juillet 1869 à Montbizot (Sarthe), elle assiste au mariage de sa fille Marie Louise avec Julien LAROCHE, cultivateur.

Le 26 novembre 1879 à Sainte-Jamme-sur-Sarthe (Sarthe), elle assiste au mariage de sa fille Marie Louise avec Gustave BENOIST, ouvrier ajusteur.

18. Que signifie son nom de famille ?

D'après Geneanet, le nom correspond au métier de potier. 

19. Qui était son père ?

Signature de Marin POTTIER

Son père était Marin POTTIER, cultivateur, journalier et instituteur.

20. Qui était sa mère ?

Sa mère était Jeanne EDET, domestique, qui est morte quand Louise était âgée de 2 ans.

21. Quelle était sa fratrie ?

Elle est la troisième d'une fratrie de cinq enfants issus des deux mariages de son père :

  • Julien Étienne, forgeron et taillandier à Paris (10e arrondissement) et Saint-Denis (Seine-Saint-Denis)
  • Joséphine, ouvrière et fileuse à Montbizot (Sarthe)
  • Pierre Victor, cultivateur à Montbizot (Sarthe)
  • Claude Alexandre, taillandier à Paris (14e arrondissement)

Un certain Paul POTTIER, né vers 1811, est mentionné comme frère de Claude Alexandre dans son acte de mariage, mais il serait né avant les mariages de Marin POTTIER et je n'en trouve pas trace. Il s'agit peut-être d'une erreur de l'officier d'état-civil.

22. Avait-elle des relations avec les autres membres de sa famille ? 

Elle semble avoir principalement des liens avec son frère Pierre Victor qui est resté vivre à Montbizot (Sarthe). 

23. Pouvez-vous retracer sa généalogie sur quatre générations ?

(source : Heredis 2021)

Tous ses ancêtres sont originaires de la Sarthe et tous (à l'exception de son père qui fut temporairement instituteur) sont illettrés. Ils travaillent la terre (bordagers, cultivateurs, journalier.e.s), sont bouchers ou domestiques. 

24. Quelle était sa religion ?

Elle était probablement catholique. 

25. Votre ancêtre chez le notaire.

Je ne lui connais pas d'acte notarié.

26. Avez-vous des photos de votre ancêtre ?

Non.

27. Y a-t-il une histoire qui se transmet sur cette ancêtre ? Est-elle vraie ?

Je n'ai pas d'anecdote à son sujet. 

28. Comment a-t-elle participé à la vie de la communauté ?

Je n'ai pas d'informations à ce sujet.

vendredi 15 octobre 2021

Biographie : Arsène François FEAU

 Arsène François FEAU

|

Marie Louise FEAU

|

Joséphine Marie BENOIST

|

Madeleine Marie Victorine BRANCHU

|

Ma grand-mère

1. Est-ce que j'ai toutes les informations sur sa naissance ? Son baptême ? Qui étaient ses parrain et marraine ?

(source : Archives départementales de la Sarthe - 5Mi 375_12 - vues 205-206/288)

Arsène François FEAU est né le 12 février 1827 à 4h à Souligné-sous-Ballon (Sarthe). Sa naissance est déclarée l'après-midi même à René BLIN, adjoint au maire de la commune par son père Jean FEAU, journalier au Chêne à Souligné-sous-Ballon (Sarthe). Je ne sais pas qui sont ses parrain et marraine, mais les témoins de sa naissance sont :

  • François COUDRAY, journalier à Ballon (Sarthe), oncle de l'enfant
  • Nicolas LE BRUN, cultivateur à Ballon (Sarthe)

Il est le jumeau de Rose Julie FEAU.

2. Est-ce que j'ai toutes les informations sur son mariage ? Qui était présent ? Liens de parenté ?

Il se marie le 18 janvier 1846 à 16h à Montbizot (Sarthe) avec Louise POTTIER, domestique, fille de Marin POTTIER et de défunte Jeanne EDET. Il est âgé de 18 ans et sa future épouse est âgée de 24 ans. Le mariage est célébré par Louis LEBOURDAIS, maire de la commune.

Signatures de l'acte de mariage (source : Archives départementales de la Sarthe - 5Mi 216_11 - vue 200/261)

 Les témoins du mariage sont :

  • Joseph PICHON, cultivateur
  • Joseph DULUARD, cordonnier
  • Adolphe CUREAU, menuisier
  • Jean MERLAND, cultivateur et adjoint au maire de Montbizot

Tous sont domiciliés à Montbizot (Sarthe).

3. Comment s'est déroulé le mariage ?

Le mariage se déroule en présence de la mère de l'époux et du père de l'épouse. Sa femme est enceinte de huit mois au moment du mariage.

4. Est-ce que j'ai toutes les informations sur son décès ? Qui était présent ? Où a eu lieu l'enterrement ?

(source : Archives départementales de la Sarthe - 5Mi 216_15 - vue 178/185)

 Il meurt le 2 avril 1872 à 14h aux Louveries à Montbizot (Sarthe) âgé de 45 ans. Le décès est déclaré deux heures plus tard à Augustin PICHON, adjoint au maire de la commune, par :

  • Pierre POTTIER, cultivateur à Montbizot (Sarthe), beau-frère du défunt
  • Auguste PERRIN, journalier à Montbizot (Sarthe), voisin du défunt

Il a probablement été inhumé dans cette commune.

5. Est-ce que j'ai toutes les informations sur son passé militaire ?

Les matricules de son époque ne sont pas numérisés.

6. Est-ce que je peux trouver des informations sur lui dans la presse ?

(source : Journal officiel de la République française, 30 juin 1902, p. 128b)

En 1902, il est mentionné dans la liste des sommes abandonnées depuis 1872 sur des livrets d'épargne à la Caisse d'épargne de La Flèche, succursale de Noyen, où il a laissé 2, 38 F. 

7. Quels évènements historiques a-t-il connus ?

Il naît sous le règne de Charles X, roi de France et de Navarre, se marie sous le règne de Louis-Philippe Ier, roi des Français, et meurt sous la présidence d'Adolphe THIERS. 

8. Quelle était son instruction ?

Il était illettré. 

9. Dans quel environnement évoluait-il ?

(source : Archives départementales de la Sarthe - 2Fi02599)

Il naît et passe une partie de son enfance à Souligné-sous-Ballon (Sarthe), commune d'environ 1400 habitants à l'époque. À partir de 1835 environ, il vit à Montbizot (Sarthe), commune d'environ 950 habitants à l'époque. Il y vivra jusqu'à sa mort. 

10. S'est-il beaucoup déplacé dans sa vie ?

(source : Heredis 2021)

Je ne lui connais pas d'autre déplacement hors de ces deux communes.

11. Comment se déplaçait-il ?

Il se déplaçait probablement à pieds.

12. Quel était son premier métier ? Comment en vivait-il ?

Au moment de son mariage, il est domestique. Il est donc probablement employé dans une maison.

13. Quels étaient ses autres métiers ? Comment en vivait-il ?

Il est ensuite journalier tout au long de sa vie. C'est-à-dire qu'il est employé à la journée pour des travaux agricoles contre un maigre salaire.

14. Comment apparaît-il dans les recensements ?

Les recensements de la Sarthe sont inexistants le concernant.

15. Quel était le parler de sa région ?

On y parlait le sarthois.

16. Combien a-t-il eu d'enfants ?

Il a eu deux enfants de son mariage avec Louise POTTIER :

  • Marie Louise (mon ancêtre), couturière, cuisinière et ménagère, née le 27 février 1846 aux Landes à Montbizot (Sarthe)
  • Louise Marie, née le 25 août 1852 aux Louveries à Montbizot (Sarthe) et morte à un mois

17. A-t-il assisté au mariage de ses enfants ?

Le 10 juillet 1869 à Montbizot (Sarthe), il assiste au mariage de sa fille Marie Louise avec Julien LAROCHE, cultivateur.

18. Que signifie son nom de famille ?

D'après Geneanet, porté surtout dans la Sarthe (également Indre-et-Loire et Tarn-et-Garonne), semble correspondre à l'ancien français féal (= loyal, fidèle).

19. Qui était son père ? 
 
Son père était Jean FEAU, cultivateur salarié et journalier.

20. Qui était sa mère ?

Sa mère était Rose CHAMPION, salariée et journalière.

21. Quelle était sa fratrie ?

Il est le deuxième d'une fratrie de cinq enfants (dont deux paires de jumeaux) dont il est le seul survivant :
  • enfant mort-né à Sainte-Jamme-sur-Sarthe (Sarthe)
  • Rose Julie (sa jumelle), morte à 15 jours à La Vallée à Souligné-sous-Ballon (Sarthe)
  • Prosper Auguste, mort à 2 mois au Chêne à Souligné-sous-Ballon (Sarthe)
  • Jean Alexandre (jumeau du précédent), mort à 2 mois au Chêne à Souligné-sous-Ballon (Sarthe)

22. Avait-il des relations avec les autres membres de sa famille ?

Je ne lui en connais pas. 

23. Pouvez-vous retracer sa généalogie sur quatre générations ?

(source : Heredis 2021)

 Tous ses ancêtres sont illettrés et originaires de la Sarthe. Tous sont travailleurs de la terre (journalier.e.s, bordager.e.s, cultivateurs) ou domestiques.

24. Quelle était sa religion ?

Il était probablement catholique. 

25. Votre ancêtre chez le notaire.

Je ne lui connais pas d'acte notarié.

26. Avez-vous des photos de votre ancêtre ?

Non.

27. Y a-t-il une histoire qui se transmet sur cet ancêtre ? Est-elle vraie ?

Je n'ai pas d'anecdote à son sujet. 

28. Comment a-t-il participé à la vie de la communauté ?

Je n'ai pas d'informations à ce sujet.


 



jeudi 14 octobre 2021

Biographie : Julie CHEROUVRIER

 Julie CHEROUVRIER

|

Gustave BENOIST

|

Joséphine Marie BENOIST

|

Madeleine Marie Victorine BRANCHU

|

Ma grand-mère

1. Est-ce que j'ai toutes les informations sur sa naissance ? Son baptême ? Qui étaient ses parrain et marraine ?


(source : Archives départementales de la Sarthe - 5Mi 343_5-7- vue 128/377)

 Julie CHEROUVRIER est née le 6 ventôse an XI (25 février 1803) à 15h à Saint-Pavin-des-Champs (Sarthe). Sa naissance est déclarée le lendemain à Pierre RUILLÉ-DEVAUX, maire de la commune, par son père, André CHEROUVRIER, maçon à Saint-Pavin-des-Champs (Sarthe). Je ne sais pas qui sont ses parrain et marraine, mais les témoins de sa naissance sont :

  • Jacques HAMELIN, marchand au Mans (Sarthe)
  • Marie Madeleine DUBOIS, femme de Jacques BOUVET au Mans (Sarthe)

2. Est-ce que j'ai toutes les informations sur son mariage ? Qui était présent ? Liens de parenté ?

Elle se marie le 29 mai 1824 à midi au Mans (Sarthe) avec François Maurice BÉNOIT, tailleur d'habits, fils de Jean Baptiste BENOIST, huilier, et de Marie PELTIER. Elle est âgée de 21 ans et son futur époux est âgé de 19 ans. Le mariage est célébré par Étienne Louis LE GRIS LA POMMERAYE, adjoint au maire de la commune. 

Signatures de l'acte de mariage (source : Archives départementales de la Sarthe - 5Mi 191_205-207 - vue 351/540)

Les témoins du mariage sont :

  • Jean CHEROUVRIER, garçon épicier Section de l'Ouest au Mans (Sarthe), frère de l'épouse
  • Jacques EON, militaire retraité Section de l'Est au Mans (Sarthe)
  • Laurent LEROY, journalier Section du Nord au Mans (Sarthe)
  •  François HULLOT, jardinier à Sainte-Croix-lès-Le-Mans (Sarthe)

3. Comment s'est déroulé le mariage ?

La mère de l'épouse est présente au mariage. Les parents de l'époux sont absents mais consentent au mariage par acte spécial délivré en brevet passé devant Maître Jacques MOYRÉ, notaire royal à Durtal (Maine-et-Loire) le 14 mars 1824.

4. Est-ce que j'ai toutes les informations sur son décès ? Qui était présent ? Où a eu lieu l'enterrement ?

(source : Archives départementales de la Sarthe - 5Mi 191_326-328 - vue 491/647)

 Elle meurt le 4 avril 1858 à 19h au 8 rue de la Truie qui File au Mans (Sarthe) âgée de 55 ans. Le décès est déclaré le lendemain à Ambroise François FISSON, adjoint au maire de la commune par :

  • Hippolyte Alexandre BENOIT, tailleur d'habits Rue de la Truie qui File au Mans (Sarthe), fils de la défunte
  • Jean GUÉRIN-DUPLESSIS, ébéniste Rue de la Verrerie au Mans (Sarthe)

Elle a probablement été inhumée dans cette commune.

8 rue de la Truie qui File au Mans (source : Google Maps)

5. Est-ce que j'ai toutes les informations sur son passé militaire ?

Les femmes ne participaient pas à l'armée.

6. Est-ce que je peux trouver des informations sur elle dans la presse ?

Non.

7. Quels évènements historiques a-t-elle connus ?

Elle naît sous le Consulat, se marie sous le règne de Louis XVIII, roi de France et de Navarre, et meurt sous le règne de Napoléon III, empereur des Français.

8. Quelle était son instruction ?

Elle était illettrée. 

9. Dans quel environnement évoluait-elle ?

(source : Archives départementales de la Sarthe - 2Fi05856)

Elle grandit à Saint-Pavin-des-Champs (Sarthe), à l'époque commune indépendante du Mans et maintenant quartier de la ville. Elle habite ensuite Rue Saint-Victeur au Mans (Sarthe), puis rue Désirée et enfin rue de la Truie qui File.

10. S'est-elle beaucoup déplacée dans sa vie ?

(source : Heredis 2021)

Mis à part ses logements au Mans, je ne lui connais pas d'autres déplacements.

11. Comment se déplaçait-elle ?

Elle se déplaçait probablement à pieds.

12. Quel était son premier métier ? Comment en vivait-elle ?

Son premier métier est de fileuse. Les fileuses transformaient la laine en fil à l'aide d'un rouet.

13. Quels étaient ses autres métiers ? Comment en vivait-elle ?

Je ne lui connais pas d'autres métiers.

14. Comment apparaît-elle dans les recensements ?

(source : Archives départementales de la Sarthe - 2 Mi 289 _ 121- vue 47/522)

 Les recensements de la Sarthe étant incomplets, je ne lui connais que celui de 1824 au Mans, rue Saint-Victeur, où elle vit avec sa mère et son jeune époux.

15. Quel était le parler de sa région ?

On y parlait le sarthois.

16. Combien a-t-elle eu d'enfants ?

Elle est la mère d'onze enfants avec son mari François Maurice BÉNOIT :

  • Aimée, giletière, née le 31 janvier 1826 au Mans (Sarthe)
  • Hippolyte Alexandre, tailleur d'habits, né le 8 novembre 1827 au Mans (Sarthe)
  • Mélanie Julie, née le 30 décembre 1829 au Mans (Sarthe) et morte à 3 ans
  • Henri, né le 12 janvier 1832 au Mans (Sarthe) et mort à 11 jours
  • Alexandrine, giletière et laveuse née le 2 février 1833 au Mans (Sarthe)
  • Constance Clémence, couturière, née le 29 mai 1834 au Mans (Sarthe)
  • Victor, né le 8 juillet 1835 au Mans (Sarthe)
  • Ferdinand, couvreur et marchand revendeur, né le 15 février 1838 au Mans (Sarthe)
  • Éléonore, née le 22 mai 1840 au Mans (Sarthe) et morte à 3 mois
  • Gustave (mon ancêtre), mécanicien, ajusteur et forgeron, né le 15 mars 1842 au Mans (Sarthe)
  • Amand Marie Dieudonné, agent de police, né le 17 juin 1844 au Mans (Sarthe)

17. A-t-elle assisté au mariage de ses enfants ?

 Elle n'assiste qu'aux mariages de deux de ses filles, ses autres enfants se mariant après sa mort.

Le 9 octobre 1855 au Mans (Sarthe), elle assiste au mariage de sa fille Aimée avec Alexandre FORGET, tailleur d'habits.

Le 20 novembre 1857 an Mans (Sarthe), elle assiste au mariage de sa fille Alexandrine avec Léopold Alphonse LANGLAIS, salarié.

18. Que signifie son nom de famille ?

D'après Geneanet, porté dans la Sarthe, le Maine-et-Loire et le Loir-et-Cher, désigne celui qui est originaire de la Chérouvrie, nom de deux hameaux à Brûlon, dans la Sarthe. Difficile de se prononcer sur la signification du toponyme, faute de graphies médiévales.

19. Qui était son père ?

Signature d'André CHEROUVRIER

Son père était André CHEROUVRIER, maçon.

20. Qui était sa mère ?

Sa mère était Louise Marie COMPAIN, ouvrière et fileuse.

21. Quelle était sa fratrie ?

Elle est la dernière d'une fratrie de cinq enfants :

  • Louise, fabricante de toile au Mans (Sarthe)
  • André Pierre, compagnon maçon et tisserand à Bressuire (Deux-Sèvres) et au Mans (Sarthe)
  • Jean, tisserand, garçon épicier, marchand revendeur et rentier au Mans (Sarthe)
  • Louis, maçon à Bressuire (Deux-Sèvres)

22. Avait-elle des relations avec les autres membres de sa famille ?

Elle est en lien avec ses frères et soeur. Son frère Jean est témoin de son mariage, et son mari est témoin du mariage de sa soeur Louise avec Pierre RENAULT, chaudronnier. 

23. Pouvez-vous retracer sa généalogie sur quatre générations ?

(source : Heredis 2021)

Tous ses ancêtres sont originaires de la Sarthe, et la moitié environ est lettrée. Ils travaillent dans le tissu (tisserands, tissiers, fileuses, peigneurs de laine, tireurs d'étain), la terre (journaliers, vignerons) ou dans le bâtiment (charpentier, scieur de long, maçon).

24. Quelle était sa religion ?

Elle était probablement catholique.

25. Votre ancêtre chez le notaire.

Je ne lui connais pas d'acte notarié.

26. Avez-vous des photos de votre ancêtre ?

Non.

27. Y a-t-il une histoire qui se transmet sur cette ancêtre ? Est-elle vraie ?

Je n'ai pas d'anecdote à son sujet. 

28. Comment a-t-il participé à la vie de la communauté ?

Je n'ai pas d'informations à ce sujet .