vendredi 13 juin 2014

J comme jau

Une donnée à laquelle nous ne pensons pas souvent, c'est que nos ancêtres ne parlaient pas français. Jusqu'au début du XXe siècle, chaque province parlait son patois. La mémoire de cette langue est parfois restée jusqu'aux générations récentes. 

Hippolyte-François comte JAUBERT, Glossaire du centre de la France, t. I, Paris, Napoléon Chaix et Cie, 1856
(source : Gallica/BnF)
Ainsi, lorsque j'ai découvert la famille Jaupitre dans notre généalogie et qu'un coq figurait sur leur blason, ma mère et mon oncle savaient très bien qu'en berrichon, jau signifie coq. Il s'agit donc d'armes parlantes : jeu de mot ou rébus figurant dans le blason d'une personne.

Charles d'HOZIER, Armorial général de France, t. V, Bourges, 1701-1800, f° 317
(source : Gallica/BnF)
Jehan JAUPITRE, 
secrétaire de Monseigneur le Dauphin, lieutenant-général à Concorsault
|
Jehan JAUPITRE, 
bachelier es lois
|
Étienne JAUPITRE, 
marchand drapier, échevin de Bourges, Écuyer, Seigneur du Poiriou et de Vaugibault
|
Pierre JAUPITRE, 
marchand tanneur, bourgeois, Seigneur du Poiriou
|
Étienne JAUPITRE
|
Pierre JAUPITRE, 
lieutenant de Salbris
|
Pierre JAUPITRE, 
lieutenant du bailliage et de la châtellenie de Salbris
|
François JAUPITRE
|
Pierre JAUPITRE, 
marchand
|
Catherine JAUPITRE, 
Damoiselle
|
Hélène BURET, 
propriétaire
|
Anne PRIGAT, 
couturière, rentière
|
Jeanne Virginie DOUARD,
boulangère, couturière, rentière
|
Victorinne dite Victoire ROBERT,
ménagère, meunière, propriétaire
|
Virginie MONORY, 
ménagère
|
Pierre Marie Joseph FRÉMEAU,
employé de commerce, boulanger
|
Mon grand-père
|
Ma mère
|
Moi


Aucun commentaire:

Publier un commentaire