vendredi 11 octobre 2019

Sylvain BERNARDIN a une femme allemande

Claude BARACHET + Jeanne RICHARD
|                                                   |
Marie BARACHET              Marie BARACHET
|                                                   |
Gilles BRUNET                         Claude FROMOT
|                                                   |
Jeanne BRUNET                        Marc FROMEAU
|                                                   |
Philippe BERNARDIN                     Jean FRÉMEAU
|                                                   |
Sylvain BERNARDIN               Pierre FRÉMEAU
                                                    |
                                                                    Pierre Marie Joseph FRÉMEAU
                                                    |
                                                       Mon grand-père

Sylvain BERNARDIN naît en 1860 à Ineuil (Cher), son père est le garde-champêtre du village. Comme beaucoup de berrichons du XIXe siècle, il va monter à Paris où il trouve une place de valet de chambre au 67 rue du Rocher à Paris (8e arrondissement). Il y côtoie de nombreux domestiques (témoins à ses mariages) dont Marie PULVERMÜLLER, une femme de chambre allemande qu'il épouse à la mairie du 8e arrondissement de Paris le 31 mars 1883.

(source : Archives de Paris - V4E 6091 - vue 25/31)
Elle est née à Gosbach (Allemagne), fille d'Antoine PULVERMÜLLER et d'Anna Maria SCHICK. Les femmes de chambre allemandes semblaient être autant à la mode que les institutrices anglaises dans les maisons de bonne famille car j'en ai vu de nombreuses dans les recensements que j'ai pu parcourir. 

(source : Heredis 2019)
Soit Marie PULVERMÜLLER est très enceinte au moment du mariage, soit elle accouche d'un enfant prématuré. Ils ont en tout cas un fils mort-né le 29 mai 1883 dans leur domicile au 57 rue Pierre Charron à Paris (8e arrondissement). La mère meurt quatre jours plus tard, probablement des suites de cet accouchement. Sylvain BERNARDIN se remarie trois ans plus tard avec une berrichonne cette fois-ci, Marie MARTINET, également femme de chambre et originaire de Saint-Florent-sur-Cher. Reste à trouver maintenant s'ils ont eu des enfants. 


Aucun commentaire:

Publier un commentaire