mardi 5 juillet 2016

Jacques Julien GASNIER, le chanoine de Troo

Jacques GASNIER + Julienne BOILEAU
|                                          |
Jacques Julien GASNIER       Jean François GASNIER
                                           |
                                                 Louis François GASNIER
                                           |
                                            Marie dite Louise GAGNIER
                                           |
                                            Marie Madeleine BOURCIER
                                           |
                                             Modeste Anne Madeleine BOURCIER
                                           |
                                               Victorine Ernestine BOURSIER
                                           |
                                          Berthe Louise Stéphanie GRELOT
                                           |
                                            Mon grand-père
                                           |
                                          Ma mère
                                           |
                                            Moi

Jacques Julien GASNIER naît en 1698 et est baptisé dans la Cathédrale du Mans (paroisse du Crucifix). Son destin de futur prêtre a voulu que son parrain fut le vénérable et discret maître Julien RICHARD, chanoine de l'église du Mans. Voici à quoi ressemble la cathédrale Saint-Julien à l'époque de son baptême avec déjà, à droite du portail, le menhir bien connu des Manceaux. 

Louis BOUDAN, L'Eglise St Iulien Cathédrale de la Ville du Mans, Veüe du costé du grand portail. 1695, 1695
(source : Gallica/BnF)
Ce personnage, frère de mon ancêtre Jean François GASNIER, fait partie d'une famille de notables de la fin du XVIIe siècle. Ils sont tous baptisés dans la cathédrale avec des prêtres et chanoines comme parrains, certains sont enterrés dans des églises du Mans, et épousent des femmes qualifiées de "damoiselles" (mon ancêtre Jean François a d'ailleurs épousé demoiselle Perrine DELBROUCK, très probablement d'origine Belge). En allant il y a quelques mois aux archives départementales de la Sarthe, j'ai eu la chance de trouver mention de Jacques Julien GASNIER dans les registre de l'Abbaye des Bénédictines du Ronceray, située à Angers (Maine-et-Loire)

(source : Archives départementales de la Sarthe - H 1592)
Le premier acte est une procuration passée le 9 avril 1743 devant Maître Martin PILLETTE à Troo (Loir-et-Cher) par laquelle Jacques Julien GASNIER, âgé de 44 ans (âge déjà mur pour l'époque) ne souhaitant peut-être pas se rendre jusqu'à l'abbaye d'Angers, désigne comme son procureur Maître Louis DUCHESNE, prêtre curé de Marçon (Sarthe). 

(source : Archives départementales de la Sarthe - H 1592)
Pardevant nous martin Pillette nottaire Royal
en Vendômois Colloqué et Residant a troo Sousisgné, Le Neufjesme
Jour dauvril Mil Sept Cent quarante trois avant Midy, 
fut Present Me Jaques Julien Gasnier prestre Chanoine
de l’ Eglise Collegialle et paroissialle St Martin de troo y demt
psse dud lieu, Et titullaire de la Chapelle de Saint Mamers, 
Erigée en L Eglise paroissiale de Marçon

Il s'agit de son "collègue" puisqu'en plus d'être chanoine de Troo, Jacques Julien GASNIER est également titulaire de la chapelle de Saint-Mamers située dans l'église de Marçon. Il semble qu'il y ait une histoire d'hommages à prêter à l'Abbesse du Ronceray pour des terres et seigneuries (nous sommes encore au temps du droit coutumier). 

(source : Archives départementales de la Sarthe - H 1592)
"a donné
et donne par Ces presentes plain et Entier pouvoir, Donnes par
declaration, tous Les heritages despendants es lad Chapelle
St Mamers, a La Dame abbesse du Ronceray, pour Raison 
de Ceux qui Sont despendants et Relevants es Ses fiefs
Et Seigneuries, Les presentes et affirmes [?] devant Messieurs
Les officiers desd fiefs et Seigneuries, Et Dicelle en Requerir
et Retirer Congé ou Renvoy, offrir payer, Servir et Continuer
Leurs Cens et Rentes qui peuvent estre dus a lad Dame abbesse
pour lavenir Mesmes les arrerages du passé Sy […]"

Charles d'HOZIER, Volumes reliés du Cabinet des titres : recherches de noblesse, armoriaux, preuves, histoires généalogiques. Armorial général de France, dressé, en vertu de l'édit de 1696, parCharles D'HOZIER. (1697-1709). XXII Orléans, 1701-1800
(source : Gallica/BnF)
La question demeurait de savoir pour quelle raison les papiers d'une abbaye du Maine-et-Loire se trouvaient aux archives de la Sarthe. La réponse m'a été apportée (grâce à Gallica) dans le document suivant qui concerne les assises tenues au prieuré de Courthamon. 

(source : Archives départementales de la Sarthe - H 1592)
"Et le trente un may mil Sept Cent quarente trois Continuant Les assisses
audit prieuré de courthamon
Est comparu me Loüis duchesne prestre curé de la paroisse de marson
y demeurant au nom et comme procureur Special de me Jacques Jullien
gasnier prestre chanoinne de l Eglise collegialle et paroissialle de Saint
martin de troo y demeurant paroisse dudit lieu et titulaire de la 
chapelle de St mamer erigée dans leglize paroissialle dud marçon
Suivant Sa procuration passée devant me martin pillette nore Royal
a troo du neuf avril dernier, controllée a montoire le dix dudit mois
representée en minute par led Sr duchesne qui l’a affirmée veritable
Et est demeurée attachée a Ces presentes "

Société historique et archéologique du Maine, Revue historique et archéologique du Maine, t. XIV, Le Mans, Imprimerie Monnoyer, p. 107
(source : Gallica/BnF)
Louis DUCHESNE, chargé de la procuration de Jacques Julien GASNIER, se rend donc à Vouvray-sur-Loir (Sarthe) et s'avoue en son nom sujet de cette seigneurie baillée de Jonchères. Le prieuré de Courthamon dépendait en effet de l'abbaye du Ronceray et le voyage était probablement moins long pour notre prêtre. 

F. UZUREAU, "Deux abbayes angevines au XVIIe siècle" in Revue Mabillon : archives de la France monastique, Paris, Jouve et Compagnie, p. 335
(source : Gallica/BnF)
Il y déclare que le sieur GASNIER, en tant que titulaire de la chapelle de Saint-Mamez, y possède "trente chesnées de prés" et "dix chesnées de vigne". Il semble qu'il avait oublié de payer les "cinq sols deux deniers" à "madame l'abbesse de l'abbaye Royalle du Ronseray d'Angers" pour ces terres et seigneuries et qu'il est donc condamné à une amende. 

(source : Archives départementales de la Sarthe - H 1592)
"de laquelle declaration nous avons jugé le dit
duchesne audit nom Sauf deffection et de Son consentement
Condamné a payer Savoir et continuer ledit devoir de cinq Sols
deux deniers a cette recepte audit Jour dangevinne, a payer les
arrerages dudit devoir par luy confessé en deniers ou quittences
a exiber Ses lettres de proprietté dans huitainne Sinon […] audit
procureur de cour du […] de Ses droits aux amendes de coutume Sans
prejudice d’autres droits Seigneuriaux et feodaux fait et donné par 
nous Juge Susdit les dits jour et an que dessus"

C'est en tout cas amusant de voir que cinquante ans avant la Révolution, les droits féodaux et hommages de seigneuries (la France était découpée de milliers de petites seigneuries qui se superposaient, rendant le système de foi et hommage dus extrêmement complexe et sujet à de nombreux oublis et erreurs) existaient toujours. 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire