samedi 21 novembre 2020

Biographie : Marie Louise FEAU

 Marie Louise FEAU

|

Joséphine Marie BENOIST

|

Madeleine Marie Victorine BRANCHU

|

Ma grand-mère

1. Est-ce que j'ai toutes les informations sur sa naissance ? Son baptême ? Qui étaient ses parrain et marraine ? 


(source : Archives départementales de la Sarthe - 5Mi 216_10 - vues 226-227/288)

Marie Louise FEAU naît le 27 février 1846 à 7h aux Landes à Montbizot (Sarthe). C'est son père, Arsène François FEAU, journalier, qui déclare la naissance quelques heures plus tard à Louis LEBOURDAIS, maire de la commune. Je ne sais pas qui sont ses parrain et marraine mais les témoins de sa naissance sont :

  • Joseph PICHON, propriétaire
  • Adolphe CUREAU, menuisier
Ils habitent tous deux à Montbizot (Sarthe). 

2. Est-ce que j'ai toutes les informations sur son mariage ? Qui était présent ? Liens de parenté ? 

Elle se marie à deux fois. Tout d'abord, le 10 juillet 1869 à 20h à Montbizot (Sarthe) avec Julien LAROCHE, cultivateur, fils de Julien LAROCHE et de Marie BUON, cultivateurs. Le mariage est célébré par Jean MERLAND, adjoint au maire de la commune. Elle a 23 ans et son futur mari a 22 ans. 

Signatures de l'acte de mariage
(source : Archives départementales de la Sarthe - 5Mi 216_14 - vue 137/170)

Les témoins du mariage sont : 
  • Augustin PICHON, propriétaire
  • Joseph JALLU, propriétaire
  • Jean DAUNAY, marchand
  • Arsène Casimir VEGEAS, instituteur
Tous sont amis et non parents des époux et habitent à Montbizot (Sarthe). 

Elle sera veuve deux ans plus tard, sans enfants de ce mariage. Huit ans plus tard, elle se marie le 26 novembre 1879 à 18h30 à Sainte-Jamme-sur-Sarthe (Sarthe) avec Gustave BENOIST, ouvrier ajusteur, veuf en deuxièmes noces d'Augustine COLLET, domestique, fils de François Maurice BENOIST et de Julie CHEROUVRIER. Le mariage est célébré par Julien DESLANDES, maire de la commune. Elle est âgée de 33 ans et son futur mari de 37 ans. 

Les témoins du mariage sont : 
  • Pierre POTTIER, cultivateur à Montbizot (Sarthe), oncle de l'épouse
  • Auguste BABIN, boulanger à Sainte-Jamme-sur-Sarthe (Sarthe), non parent des époux
  • Jules GONET, instituteur à Sainte-Jamme-sur-Sarthe (Sarthe), non parent des époux
  • Adrien MORRENNE, mouleur à Sainte-Jamme-sur-Sarthe (Sarthe), non parent des époux
3. Comment s'est déroulé le mariage ? 

Ses parents assistent tous deux à son premier mariage. Pour le second mariage, seule sa mère est présente car son père est décédé entre temps. 

4. Est-ce que j'ai toutes les informations sur son décès ? Qui était présent ? Où a eu lieu l'enterrement / l'inhumation ?

D'après les recherches généalogiques de mon grand-père, elle serait morte le 5 novembre 1911 au Mans (Sarthe) à l'âge de 65 ans. Je ne possède malheureusement pas son acte de décès. 

5. Est-ce que j'ai toutes les informations sur son passé militaire ? Fiche matricule ? Invalide ? Légion d'honneur ?

Les femmes ne participaient pas à l'armée. 

6. Est-ce que je peux trouver des informations sur elle dans la presse ?

Il n'y a pas d'informations la concernant dans la presse.

7. Quels évènements historiques a-t-elle connus ? 

Elle naît à la fin du règne de Louis-Philippe Ier, grandira sous le Second Empire, est en vie pendant la guerre Franco-prussienne de 1870 et meurt sous la présidence d'Armand FALLIÈRES. Elle connaît donc trois régimes politiques au long de sa vie. 

8. Quelle était son instruction ? 

Signature de Marie Louise FEAU

Elle savait lire et écrire. 

9. Dans quel environnement évoluait-elle ? 

(source : Archives départementales de la Sarthe - 2Fi03000)

Elle passe la majeure partie de sa vie dans la commune de Montbizot (Sarthe) où elle vit avec ses parents aux Louveries. Avant son second mariage, elle est cuisinière au Mans (Sarthe), mais revient vivre à Montbizot. 

10. S'est-elle beaucoup déplacée dans sa vie ? 

Mis à part deux séjours au Mans où elle réside épisodiquement en 1879 et en 1884, et son mariage à Sainte-Jamme-sur-Sarthe, je ne lui connais pas d'autres déplacements. 

11. Comment se déplaçait-elle ? 

Probablement à pieds ou en voiture à cheval. 

12. Quel était son premier métier ? Comment en vivait-elle ? 

Son premier métier, à 23 ans, lors de son premier mariage, est de couturière. Ce métier se popularise pour les femmes au XIXe siècle avec l'arrivée de la machine à coudre (notamment la fameuse Singer) vers 1850, qui leur permet de plus facilement confectionner des vêtements. 

13. Quels étaient ses autres métiers ? Comment en vivait-elle ? 

Lors de son second mariage, elle est cuisinière au Mans (Sarthe). Cela signifie probablement qu'elle est domestique dans une maison bourgeoise, affectée à la cuisine. Après son mariage, elle est dite ménagère, c'est-à-dire femme au foyer. 

14. Comment apparaît-elle dans les recensements ?

(source : Archives départementales de la Sarthe - 2 Mi 289_50 - vue 11/134)

Le seul recensement où je peux la trouver est celui de 1906 à Montbizot (tous les recensements précédents ayant été détruits). Elle vit aux Louveries avec son mari, sa fille Madeleine BENOIST et sa petite-fille (mon arrière-grand-mère) Madeleine BRANCHU. 

15. Quel était le parler de sa région ? 

On parlait le sarthois dans sa région. 

16. Comment s'habillait-elle ? 

(source : Michael)

La sarthoise porte la jupe longue avec un tablier par-dessus et une petite coiffe modeste. Ayant principalement vécu au XIXe siècle, elle a probablement été habillée de la sorte. 

17. Combien a-t-elle eu d'enfants ?

Elle a eu trois enfants de son second mariage avec Gustave BENOIST :  
  • Joséphine Marie (mon ancêtre), ménagère, née le 13 mai 1882 aux Louveries à Montbizot (Sarthe)
  • Raoul Gustave, mouleur en fonte, né le 21 mars 1884 au 25 rue Guillot Ami au Mans (Sarthe)
  • Madeleine Marie, conductrice aux tramways électriques, née le 30 août 1891 aux Louveries à Montbizot (Sarthe)
Joséphine Marie BENOIST
(source : Archives familiales)



Madeleine Marie BENOIST
(source : Archives familiales)

18. A-t-elle assisté au mariage de ses enfants ? 

Elle n'assiste qu'au mariage de sa fille aînée, Joséphine Marie (mon ancêtre) avec Louis Victor BRANCHU à Montbizot (Sarthe) le 8 novembre 1901. Elle est décédée lors du mariage de ses deux autres enfants. 

19. Que signifie son nom de famille ? 

D'après Geneanet, porté surtout dans la Sarthe (également Indre-et-Loire et Tarn-et-Garonne), semble correspondre à l'ancien français féal (= loyal, fidèle).

20. Qui était son père ? 

Son père était Arsène François FEAU, domestique et journalier. 

21. Qui était sa mère ? 

Sa mère était Louise POTTIER, domestique et journalière. 

22. Quelle était sa fratrie ? 

Elle est l'aînée d'une famille de deux enfants. Avant sa naissance, sa mère a également eu un enfant naturel mort avant sa naissance. Elle a donc eu deux soeurs mais a été élevée comme un enfant unique :
  • Louise Thérèse POTTIER, décédée à 4 mois.
  • Louise Marie FEAU, décédée à 1 mois.
23. Avait-elle des relations avec les autres membres de sa famille ?

Son oncle Pierre POTTIER était présent à son mariage et elle connaît également sa petite-fille Madeleine Marie Victorine BRANCHU. Étant le seul enfant survivant de ses parents, cela limite les liens familiaux qu'elle a pu créer. 

24. Pouvez-vous retracer sa généalogie sur quatre générations ?

(source : Heredis 2021)

Tous ses ancêtres, à l'exception de son grand-père Marin POTTIER, sont illettrés et tous proviennent de la Sarthe. Il exercent tous des métiers modestes (domestique, journalier) à l'exception de son arrière-grand-père Michel EDET qui est boucher. 

25. Quelle était sa religion ? 

(source : Archives familiales)

Elle était catholique, comme en témoigne cette image pieuse offerte à sa petite-fille Madeleine BRANCHU entre 1906 et 1911. 

26. Votre ancêtre chez le notaire. 

Elle passe un contrat de mariage pour son deuxième mariage avec Gustave BENOIST le 22 novembre 1879 à Montbizot (Sarthe) devant Maître Casimir GORGET. 

Signatures du contrat de mariage
(source : Archives départementales de la Sarthe)

Elle apporte en dot : 
  • une garde-robe d'une valeur estimée de 100 F
  • un lit complet avec deux couettes en plume d'oie, 16 draps de lit et une armoire estimés à 500 F
  • une somme de 450 F sur un livret de caisse d'épargne
  • une somme de 500 F provenant de ses économies
Son futur mari apporte en dot : 
  • une garde-robe d'une valeur estimée de 100 F
  • le droit mobilier issu de son premier mariage d'une valeur estimée de 250 F
27. Avez-vous des photos de votre ancêtre ? Pouvez-vous faire un trombinoscope ?

Je ne possède pas de photos de cette ancêtre.

28. Quels étaient ses repas ? 

Ayant été cuisinière, on peut supposer qu'elle était assez habile à cuisiner. Venant d'un milieu modeste, elle a probablement cuisiné la fameuse potée ou marmite sarthoise qu'on mangeait en milieu rural. 

29. Y a-t-il une histoire sur cette ancêtre ? Est-elle vraie ? 

Je n'ai pas d'anecdote la concernant.

30. Comment a-t-elle participé à la vie de la communauté (membre du conseil municipal, cahier de doléances, sage-femme ...) ? 

Je n'ai pas d'informations à ce sujet. 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire