dimanche 2 juillet 2017

Noémie COIGNET épouse le fils d'un célèbre peintre

André MONORY + Élisabeth BAUDAT
|                                      |
Marie Virginie dite Rose MONORY         François MONORY
|                                      |
Marie Pauline dite Noémie COIGNET   Virginie MONORY
                                       |
                                                              Pierre Marie Joseph FRÉMEAU
                                       |
                                              Mon grand-père
                                       |
                                         Ma mère
                                       |
                                       Moi

La famille COIGNET-MONORY, issue du couple de Frédéric COIGNET et de Marie Virginie MONORY a été assez difficile à reconstituer, notamment pour leur dernière fille, Marie Pauline dite Noémie COIGNET que je n'aurais jamais pu retrouver sans Filae. 

Marie Virginie MONORY est le onzième et dernier enfant d'André MONORY, meunier des moulins de Rousson à Saint-Loup-des-Chaumes, et d'Élisabeth BAUDAT. Dans la famille, on la surnomme Rose, afin de ne pas la confondre avec sa soeur aînée également nommée Marie Virginie

(source : Hérédis 2017)
Elle se marie avec Frédéric COIGNET, qui sera fermier, agriculteur, adjoint au maire de Chavannes qui décédera à l'asile de Beauregard (établissement de Bourges pour interner les personnes souffrant de maladie mentale). En 1879, lors du mariage de sa fille Marie Victorine COIGNET, voici ce qui est écrit dans l'acte de mariage : 

(source : Archives départementales de Seine-et-Marne - 5MI8167 - p. 172)
"fille mineure & légitime de Frédéric Coignet, 
fermier, cinquante-un ans, demeurant à Bourges (cher)
lequel atteint de dérangement mental caractérisé par un 
désordre absolu dans les idées est dans l'impossibilité
de donner son consentement réfléchi au projet de mariage"

Voici donc les enfants de ce couple COIGNET-MONORY (qui reprennent les prénoms de Virginie et d'Éloïse traditionnels dans la famille MONORY) : 
  • Éloïse COIGNET, commerçante, qui épouse Jean Justin BESSIÈRE, employé à la fonderie de canons de Bourges
  • Juliette Victorine Virginie COIGNET, institutrice, morte célibataire.
  • Berthe COIGNET, qui épouse Louis Octave POTTE, marchand de vin en Seine-et-Marne, dont descendance. 
  • Marie Louise Victorine COIGNET, employée de commerce, qui épouse Albert Théodore ROYNE, peintre en bâtiment en Seine-et-Marne, dont descendance. 
  • Jean Louis Frédéric COIGNET, peintre en bâtiment, qui épouse Augustine GOSSE, corsetière, en Seine-et-Marne. 
  • Marie COIGNET
  • Paul Clément Abel COIGNET, peintre en bâtiment, qui épouse Adelphine Alexandrine BLANCHARD, de Seine-et-Marne, dont descendance. 
  • et enfin Marie Pauline dite Noémie COIGNET dont nous allons parler. 
Je retrouve son "acte de mariage" ou plutôt une transcription, les archives ayant probablement été détruites durant la Première Guerre mondiale, à Péronne (Somme). 


(source : Archives départementales de la Somme - 2E620/33 - p. 119)
Son époux, Charles Henri Félix MICHEL, est dit artiste peintre. Quelques recherches sur internet m'apprendront que son père, Charles Henri Hilaire MICHEL est également artiste peintre (beaucoup plus célèbre que son fils dont je n'ai pas encore pu trouver d'oeuvres) et exposé notamment au Musée d'Orsay et au Musée du Louvre (où se trouve le tableau ci-dessous) !

Charles Henri Hilaire MICHEL, La Sainte Communion, 1866 [huile sur toile, 40x32,5]. Paris : Musée du Louvre
(source : Images d'art)
Maître de la couleur et du dessin, Charles Henri Hilaire MICHEL a surtout fait de la peinture à sujet religieux. La Base Joconde du Ministère de la Culture recense un très grand nombre de ses oeuvres dont (et c'est un intérêt généalogique certain), des portraits de sa famille. Ainsi, déjà, un autoportrait du beau-père de Marie Pauline dite Noémie MONORY (qui malheureusement ne figure pas dans les peintures) : 

Charles Henri Hilaire MICHEL, Autoportrait de Charles-Henri Michel, 19e siècle [huile sur toile, 32x27,5]. Péronne : Musée Alfred Danicourt
(source : Base Joconde)
Nous trouvons également un dessin de sa femme, Antoinette Célanie HARLÉ

Charles Henri Hilaire MICHEL, Portrait de Célanie Harlé-Michel, 19e siècle [papier, fusain]. Péronne : Musée Alfred Danicourt
(source : Base Joconde)
Enfin, Charles Henri Félix MICHEL, fils du peintre et lui-même artiste peintre a été dessiné par son père : 

Charles Henri Hilaire MICHEL, Portrait de Félix Michel, 19e siècle [papier, crayon, 47x30]. Péronne, Musée Alfred Danicourt
(source : Base Joconde)
Je suis en train de retrouver la descendance du couple COIGNET-MICHEL qui sont donc nos cousins et qui vécurent à Rouen (Seine-Maritime). Nul doute qu'un voyage à Péronne s'impose pour peut-être trouver des oeuvres peintes par ce Charles Henri Félix MICHEL. Voici à quoi il ressemblait à l'époque de son mariage : 

Jules FONTAINE, Portrait de Félix Michel, 4e quart du 19e siècle [photographie, 6,5x10,5]. Péronne, Musée Alfred Danicourt
(source : Base Joconde)
En tout cas, c'est heureux de retrouver un lien avec des artistes dans la famille. Qui plus est des peintres, ce qui nous permet une belle illustration de l'arbre généalogique ! 

(source : Heredis 2017)