jeudi 20 novembre 2014

Troublantes coïncidences

Pays/territoire : Bourges, France
Hier, je vous parlais d'Étienne RIGOLET, ce confiseur de Bourges (Cher) assassiné d'un coup de couteau par mon cousin Louis Henri Joseph WENTZEIS.

Signature d'Étienne RIGOLET
(source : Archives départementales du Cher - 3E 4869 - p. 249)
Je cousine avec cet assassin WENTZEIS par le mariage de son grand-père avec une MONORY, fille de mes ancêtres André MONORY et Élisabeth BAUDAT.

Arbre d'ascendance de Louis Henri Joseph WENTZEIS
(source : Heredis 2014)
J'ai récemment retrouvé le mariage d'une cousine, Éloïse COIGNET, avec un BESSIÈRE à Bourges en 1880. Je suis lié à cette COIGNET de la même manière qu'avec les WENTZEIS car elle descend également d'André MONORY et d'Élisabeth BAUDAT.

Arbre d'ascendance de Juliette Berthe Noémie BESSIÈRE
(source : Heredis 2014)

Ce couple BESSIÈRE-COIGNET donne le jour à Juliette Berthe Noémie BESSIÈRE, qui est donc la cousine issue de germain de notre assassin.

(source : Heredis 2014)
Or, qui donc est témoin de la naissance de Juliette Berthe Noémie BESSIÈRE ? Précisément Étienne COIGNET, le confiseur qui sera assassiné par son cousin l'année suivante.

Acte de naissance de Juliette Berthe Noémie BESSIÈRE
(source : Archives départementales du Cher - 3E 4869 - p. 249)
On peut donc voir que même dans les grandes villes, les solidarités familiales étaient à l'oeuvre et que des cousins (même au 3e degré) gardaient contact. Je ne peux en effet pas croire à une coïncidence vu le nombre d'habitants dans la ville de Bourges.

mardi 18 novembre 2014

Louis Henri Joseph WENTZEIS, un cousin criminel

Pays/territoire : Bourges, France
L'année dernière, je vous parlait de ce cousin, Louis Henri Joseph WENTZEIS, dont j'avais trouvé la trace dans un livre. Il commet un crime à Bourges, assassinant son patron le 22 août 1884, alors âgé de 13 ans ! Il faut dire que cet enfant descend d'une famille MONORY dont nous avons des traces récurrentes de problèmes psychiatriques ou psychiques (certains membres étant décédés à l'asile de Beauregard à Bourges). 

(source : Heredis 2014)
Ce jeune criminel est le cousin issu de germain de mon arrière-grand-père. Ce qui devient l'affaire Wentzeis est relaté par toute la presse de l'époque. Il sera acquitté de son meurtre, ayant été influencé par un roman : La Belle Julie. Voici en tout cas quelques articles qui manquent de précisions sur l'affaire (il faudra que j'aille lire le procès-verbal aux archives départementales du Cher), mais qui nous livrent le ton savoureux des chroniques judiciaires de la fin du XIXe siècle.


(source : "Un assassin précoce" in Le Gaulois, n°785, 8 septembre 1884, p. 3, via Gallica/BnF)





(source : "Chronique des tribunaux" in Le Gaulois, n°843, 2 novembre 1884, p. 2, via Gallica/BnF)

(source : Le Figaro, n°237, 24 août 1884, p. 4, via Gallica/BnF)





(source : Le Figaro, n°307, 2 novembre 1884, p. 3, via Gallica/BnF)
Louis Henri Joseph WENTZEIS se marie dans le 10ème arrondissement de Paris, le 21 juin 1898 avec Fanny Marguerite LÉVY, d'une riche famille de marchands juifs. Sa soeur le rejoindra qui épousera à deux reprises (après divorce de son premier mariage) le même homme, ami de son frère. Une famille WENTZEIS décidément pleine de surprises !

Dans toute cette histoire, une petite pensée pour Étienne RIGOLET, le pauvre patron assassiné dont l'acte de décès ne fait pas mention des raisons de sa mort violente.


(source : Archives départementales du Cher - 3E 4874 - p. 268)

mardi 4 novembre 2014

Paul Barthélémy GATELET, mort de la coqueluche

Pays/territoire : Meillant, France
André MONORY + Élisabeth BAUDAT
|                                              |
Marie MONOURI            François MONORY
|                                              |
Marie Hélène Joséphine CANDELET    Virginie MONORY
|                                             |
Paul Barthélémy GATELET          Pierre Marie Joseph FRÉMEAU
                                              |
                                             Mon grand-père
                                              |
                                              Ma mère
                                              |
                                               Moi

Je me demande toujours les mystérieuses causes du décès des bébés autrefois, en ces temps de sur-mortalité infantile. Parfois, dans les registres paroissiaux, les curés indiquaient les causes du décès dan l'acte. Avec les registres d'état-civil, les informations deviennent beaucoup plus froides et, mis à part la réapparition des parrains par moments sous la Restauration, il n'y a pas beaucoup de renseignements personnels dans l'acte. 

(source : Archives départementales du Cher - 6 Fi Meillant 38)
Le couple dont il s'agit est d'origine modeste : Gilbert Barthélémy GATELET et Marie Hélène Joséphine CANDELET sont tous deux journaliers et vivent à Meillant (Cher). C'est particulièrement dans ce milieu très pauvre qu'on constate une mortalité infantile à la fin du XIXe siècle (qui disparaît fortement chez les classes aisées qui ont moins d'enfants et les moyens de les faire soigner). Après la naissance d'une petite Marie Louise en 1854, voici le tour de Paul Barthélémy en 1856. Huit mois après sa naissance, je trouve son acte de décès avec cette mention dans la marge par le maire François MORLAC : 

(source : Archives départementales du Cher - 3E 3242 - p. 54)
Le pauvre petit Paul Barthélémy est donc mort de la coqueluche. Pour une fois, j'ai l'explication à ce décès. Et vous, avez-vous trouvé des causes de décès dans les registres d'état-civil ?

dimanche 5 octobre 2014

Le premier mariage d'André PEQUIOT

Pays/territoire : Venesmes, France
André PEQUIOT
|
Marie PÉQUIOT
|
Pierre FRÉMEAU
|
Pierre Marie Joseph FRÉMEAU
|
Mon grand-père
|
Ma mère
|
Moi

Aujourd'hui, en saisissant à nouveau dans mon logiciel Heredis 2014 l'acte de mariage de mes ancêtres André PEQUIOT et Marie BONDONNEAU mariés à Venesmes (Cher) le 27 janvier 1807, je suis tombé sur un détail qui ne m'avais jamais marqué auparavant.

(source : Archives départementales du Cher - 3E 1923 - p. 206)
"vu les actes de naissance des futurs les actes de décès
des pere et mere de la future L'acte de décès de
la premiere épouse du futur le tout extrait de nos
registres ..."
Comme André PEQUIOT n'est pas déclaré comme veuf au début de l'acte, je n'avais jamais remarqué que parmi les actes cités se trouvait l'acte de décès de sa première épouse. Un petit tour dans les tables décennales de Venesmes m'a permis de rapidement trouver un mariage entre André PETIOT et Jeanne AUDAT. Comme cette famille se fait nommer au fur et à mesure des générations PETIOT ou PEQUIOT, je vais jeter un oeil à cet acte. La date de naissance et les noms des parents correspondent, il s'agit bien du premier mariage de mon ancêtre avec Jeanne AUDAT, fille d'un laboureur de Saint-Symphorien (Cher), le 2 pluviôse an XIII.

Comme il est coutume à cette époque, l'année suivant le mariage naît un petit Jean PEQUIOT, le 2 mars 1806.

(source : Archives départementales du Cher - 3E 1923 - p. 191)
L'accouchement à dû se dérouler difficilement, car quatre jours après la naissance, le 6 mars 1806, Jeanne AUDAT décède.

(source : Archives départementales du Cher - 3E 1923 - p. 191)
Son fils ne vivra pas beaucoup plus longtemps, puisqu'il meurt le 10 mars 1806, âgé de 8 jours.

(source : Archives départementales du Cher - 3E 1923 - p. 191)
André PEQUIOT se remarie donc avec mon ancêtre Marie BONDONNEAU avec laquelle il aura une nombreuse descendance, dont Marie PEQUIOT qui épouse mon ancêtre Jean FRÉMEAU, ou Gilbert PÉQUIOT qui sera maire de Venesmes. 

(source : Archives départementales du Cher - 6 Fi Venesmes 5)
Ainsi, si le destin avait voulu que Jeanne AUDAT survive à son accouchement, André PEQUIOT ne se serait pas remarié et je ne serais pas là aujourd'hui. J'aime beaucoup constater à combien de petits hasards notre existence est due.

lundi 29 septembre 2014

Michel Eugène LABALLERY tire le bon numéro

Pays/territoire : Corquoy, France
Marc FORMEAU (FREMOT) + Marguerite LECLERC
|                                                  |
Marie FORMEAU                     Jean FREMEAU
|                                                  |
Michel Eugène LABALLERY         Pierre FRÉMEAU
                                                   |
                                                          Pierre Marie Joseph FRÉMEAU
                                                   |
                                                 Mon grand-père
                                                   |
                                                   Ma mère
                                                   |
                                                  Moi
Autrefois, le service militaire n'était pas exactement obligatoire pour tout le monde. Chaque année, on procédait à un tirage au sort pour exempter les jeunes de 20 ans à partir faire leur devoir militaire.


*, Bulletin des lois de la République française, t. V, Paris, Imprimerie nationale, 1873, pp. 99-100
Michel Eugène LABALLERY est journalier, fils de François LABALLERY, journalier et de Marie FORMEAU, la soeur de mon ancêtre. Ce sont des gens pauvres et illettrés. En 1874, il se marie avec Jeanne THÉVENOT, la fille d'un laboureur. Et sur leur acte de mariage, à Corquoy (Cher), je lis : 

(source : Archives départementales du Cher - 3E 4463 - p. 164)
"Laballery Michel Eugène est jeune soldat de la classe de 
1868 ; Il a obtenu le n° 99 au tirage au sort du canton
de château-neuf et a été exempté par son numero.
Ses père et mère sont présents et consentant au mariage."
Alors, je me dis que pour ces gens dont la vie n'était pas facile (grande pauvreté, forte mortalité infantile), voilà la trace d'un événement positif : un peu de chance au tirage au sort. 

mercredi 20 août 2014

L'héritage de Pierre Félix DELARUE

Pays/territoire : Paris, France
Simon BRANCHU + Marie ROUSSEAU
|                                                     |
Marie Françoise BRANCHU     Victor Auguste BRANCHU
|                                                     |
Marie Renée TESTU                Louis Victor BRANCHU
                                                     |
                                                        Madeleine Marie Victorine BRANCHU
                                                      |
                                                     Ma grand-mère
                                                     |
                                                  Mon père
                                                     |
                                                    Moi

Hier, je me suis rendu aux archives nationales, à Paris, pour consulter le contrat de mariage de Marie Renée TESTU, fille d'un charron de Coulans-sur-Gée (Sarthe) et de la fille d'un de mes ancêtres, avec Félix Charles NOUVELLIÈRE, architecte et fils naturel d'une lingère du Mans (Sarthe). Ce document a été riche en surprises et en découvertes et m'a fait apprécier l'univers richissime des archives notariales.

Mon dossier aux Archives nationales
(source : photo personnelle)
Après avoir réservé mon dossier sur le site internet des archives nationales, j'ai trouvé, en tournant les actes de juillet 1875 de Maître Eugène Julien HATIN, le contrat de mariage que je cherchais.

(source : Archives nationales - MC/ET/XIX/1193)
Comme souvent, dans un contrat de mariage, mes yeux filent directement sur la dot, moyen intéressant de connaître le niveau de vie de nos aïeux. Et quelle ne fut pas ma surprise quand j'ai découvert la dot extraordinairement élevée du futur époux : 
  • 7 000 F en habits, linge, bijoux, vêtements et bibliothèque
  • 10 000 F en deniers comptants
  • 5 000 F représentant la valeur de son cabinet d'architecte 77 rue de Maubeuge à Paris
  • 35 000 F de créances de sa clientèle
  • 67 200 F de rente sur l'état français
  • 31 700 F d'obligations du chemin de fer du Nord
  • 10 867,50 F d'obligations du chemin de fer de Paris à Lyon et à la Méditerranée
  • 20 182,50 F d'obligations du chemin de fer de Paris à Lyon et à la Méditerranée
  • 6 940 F d'actions du chemin de fer du Midi
  • 2 885 F d'actions du chemin de fer de l'Est
  • 6 170 F d'actions du chemin de fer autrichien
  • 5 000 F d'obligations au porteur de la ville de Paris
  • 3 490 F d'obligations au porteur de la ville de Paris
  • 3 876 F d'obligations au porteur de la ville de Paris
  • 5 200 F d'obligations au porteur du canal maritime de Suez
  • 4 840 F d'obligations du Crédit foncier de France
  • 576 F d'obligations du Crédit foncier de France
  • 4 650 F d'obligations communales du Crédit foncier de France
  • 5 800 F d'obligations au porteur du chemin de fer des Charentes
  • 22 051, 62 F de rente française
  • 11 596 F de rente française
  • 12 320 F d'obligations du chemin de fer du Midi
  • 9 300 F d'obligations du chemin de fer de l'Ouest
  • 8 034 F d'obligations du chemin de fer de l'Est
  • 12 628 F d'obligations du chemin de fer du Dauphiné
  • 9 641 F d'obligations du chemin de fer d'Orléans
  • 13 684 F d'obligations du chemin de fer d'Orléans
  • 2 952,25 F en une maison de campagne à Montmorency
Soit un total d'apport en dot de 338 388,87 F ! Comparé aux contrats de mariages de mes vignerons qui s'apportaient entre 200 et 400 F de dot, c'est radicalement différent. C'est surtout extrêmement étonnant de la part d'un enfant né de père inconnu et d'une mère lingère. Après cette débauche de dot sur dix pages (toutes les actions sont détaillées avec leur numéro, leur taux, etc.), un petit texte m'explique la raison de cette fortune.

(source : Archives nationales - MC/ET/XIX/1193)
"... Cet apport est libre de toutes dettes, et grevé (seulement

pour portion) d'usufruit au profit de mad.me Delarue, comme il est dit ci-
dessus. Il lui provient tant de ses gains et économies que du legs universel
fait à son profit par M. Pierre Felix Delarue, en son vivant architecte,
propriétaire, chevalier de la légion d'honneur, demeurant à Paris, rue de 
Compiegne n°4 décédé en sa maison de campagne à Montmorency (Seine
et Oise) rue des Chesnaux 15, le trente aout mil huit cent soixante
treize, aux termes du testament olographe de ce dernier ..."
Ma première théorie est que ce Pierre Félix DELARUE était le père de Félix Charles NOUVELLIÈRE puisque ce dernier et ses enfants prendront le nom de DELARUE-NOUVELLIÈRE, qu'ils partagent un prénom, ont la même profession, et surtout, aucun lien de parenté apparent. Cela reste d'ailleurs une possibilité. Mais continuons d'abord notre chemin dans ce contrat de mariage.

On comprend, par toutes ces actions dans le chemin de fer, comment ses enfants (dont Pierre DELARUE-NOUVELLIÈRE) furent passionnés de train. Voyons maintenant l'apport de la future épouse.

(source : Archives nationales - MC/ET/XIX/1193)
"La future épouse de son côté apporte en mariage, et se constitue 

personnellement en dot
Les habits, linge, robes, vêtements, Ichals [?], dentelles, bijoux, piano, musique
et autres objets à son usage personnel d'une valeur de Quatre mille 
francs, ci 4000"

C'est émouvant de savoir que du côté BRANCHU, on était musicien. Mon arrière-grand-mère que l'on peut voir sur l'arbre en haut de l'article jouait du piano et c'est sur son piano (dont nous avions hérité) que j'ai commencé la musique. Marie Renée TESTU (fille d'une BRANCHU) avait également un piano. Les actes de mariage de ses enfants m'ont appris que sa fille Marie Anne Rosa NOUVELLIÈRE sera professeur de musique à Montmorency et maître de chapelle (c'est à dire chef de choeur) aux Sables-d'Olonne. On peut penser que ce piano qu'elle apporte en dot aura une utilité et que la musique occupait une part importante dans la famille.

J'allais clore la lecture de l'acte, lorsqu'un le seul témoin présent (avec les parents de la mariée) a attiré ma curiosité.

(source : Archives nationales - MC/ET/XIX/1193)
Est présente à ce contrat Madame Anne ROUSSEAU, veuve de Monsieur Pierre Félix DELARUE. Vous vous souvenez, sur l'arbre en haut de l'article, de Marie ROUSSEAU, femme de Simon BRANCHU. Ma curiosité a été éveillée : et si Anne ROUSSEAU était de ma famille ? Et donc de la famille de Marie Renée TESTU ? Cela expliquerait en partie ce généreux legs universel à son futur époux. Quelques clics sur Geneanet et aux archives de Paris m'ont appris qu'Anne ROUSSEAU est en effet la soeur de mon ancêtre Marie ROUSSEAU, et dont la grand-tante de Marie Renée TESTU.

Liens de parenté entre Marie Renée TESTU et Anne ROUSSEAU
(source : Heredis 2014)
En allant vérifier son acte de mariage avec Pierre Félix DELARUE, j'ai bien eu la confirmation de mes doutes.

(source : Archives de Paris - V4E 1006 - p. 16)
"Acte de Mariage de : Pierre, Félix, Delarue, architecteChevalier de la légion d'honneur, âgé de soixante neuf ans, né à Thiais [...]le Vingt-quatre Nivose, An trois, (treize Janvier Mil sept cen quatre vingt-[...]demeurant à Paris, rue de Milan N°17, majeur, Fils de : Pierre, Delarue et de Marie, Elisabeth, Piot, son épouse, tous deux décédés. Le futur veuf de Marie, Louise, Ermance, Patinot, décédée au Mans (Sarthe) le premier Nove[mbre]Mil huit cent soixante-troiset de Anne Rousseau, rentière, âgée de quarante-qua[tre]ans, née à Souligné sous Vallon, arrondissement du Mans (Sarthe) le Vingt-six Décembre Mil huit cent vingt, demeurant à Paris, rue de MilanN 17, majeure, Fille de : Pierre, Rousseau et de Jacquine, Nouvellière, son épouse, tous deux décédés"
Pour m'ôter tout doute (bien que le lieu de naissance, la période, et le nom des parents correspondent à mes ancêtres),  les deux témoins du côté de la mariée sont Louis ROUSSEAU, entrepreneur en menuiserie au Mans et Auguste ROUSSEAU, restaurateur au Mans, ses frères, dont les noms, l'âge et la signature sont exactement identiques aux frères de Marie ROUSSEAU mon ancêtre. Maintenant que j'en savais plus sur les liens entre Pierre Félix DELARUE et son héritier, j'ai voulu me renseigner sur ce personnage. Et là, festival de surprises.

Tout d'abord, ce monsieur possède une page Wikipedia. J'y ai appris (ainsi que sur de nombreux sites qui lui sont consacrés) que c'est lui qui a bâti en 1842 l'ancien théâtre du Mans.

Pierre-Félix DELARUE, Photographie du foyer du théâtre municipal du Mans en 1842, 1842
(source : domaine public, via Wikimedia Commons)
J'ai été de nombreuses fois dans ce théâtre, mais j'y ai également joué de nombreuses fois comme apprenti musicien au conservatoire. C'est touchant de découvrir que c'est la mari d'un membre de ma famille qui l'a construit.

 Pierre-Félix DELARUE a également été restaurateur et conservateur de monuments historiques. Il est en charge de la restauration de la Cathédrale du Mans et de celle de Sées, ainsi que de la façade Nord du château du Lude. Il bâtit le château du Luart (il est spécialiste des châteaux de style renaissance), les églises de Mayet et d'Ecommoy (où ont vécu mes ancêtres) et reconstruit le Musée de Tessé après la guerre de 1870. Tous ces monuments me sont biens connus car j'ai grandi dans la Sarthe. D'une certaine manière, cette découverte (que je n'aurais jamais pu faire sans la lecture de ce contrat de mariage d'une cousine) me rattache un peu plus à ma ville natale et me connecte à ses lieux.

samedi 16 août 2014

Gustave Fernand BENOIT, un cousin Mort pour la France

Pays/territoire : Parvillers-le-Quesnoy, France
François Maurice BÉNOIT + Julie CHEROUVRIER
|                                                |
Ferdinand BENOIT                   Gustave BENOIST
|                                                |
Ferdinand Gustave BENOIT         Joséphine Marie BENOIST
|                                                |
Gustave Fernand BENOIT      Madeleine Marie Victorine BRANCHU
                                                |
                                             Ma grand-mère
                                                |
                                              Mon père
                                                 | 
                                               Moi

Gustave Fernand BENOIT voit le jour au Mans en 1891. C'est le fils de Ferdinand Gustave BENOIT et de Joséphine Célestine PILLARD. Son père est l'un des rare de la fratrie de douze enfants (avec mon ancêtre Gustave) à ne pas être un criminel de droit commun. Les autres passent quasiment chaque mois devant le Tribunal correctionnel du Mans pour "ivresse", "coups et blessures" ou "chasse sans permis". 

Ferdinand Gustave, le père, a déjà servit dans l'armée puisqu'il est soldat de 2e classe au 2e régiment d'infanterie de marine et fera la campagne du Tonkin en guerre en 1883.

(source : Archives départementales de la Sarthe - BENOIT Ferdinand Gustave 1881)
Gustave Fernand, le fils, se marie le 29 juillet 1914 avec Clémentine Eugénie ANJUBAULT. Quelques jours plus tard, c'est la mobilisation générale en France.

(source : Archives départementales de la Sarthe - 5Mi 191_392 - p. 151)
La plupart de ses oncles qui passent leur vie en prison a été réformé pour problèmes respiratoires, mais Gustave Fernand va à la guerre. Il est alors maçon et a le grade de caporal dans l'armée. Il sait lire et écrire et a son prénom, "Fernand", tatoué sur le bras droit. 

(source : Archives départementales de la Sarthe - 1 R 1218 - p. 221)
Il sert dans le 115e régiment d'infanterie, constitué principalement de Sarthois et de Mayennais pendant la Première Guerre mondiale. Voici comment ce régiment est décrit dans son historique rédigé après la guerre.

(source : *, Le 115e Régiment d'Infanterie (Dans la Grande Guerre), Mamers, Imprimerie Alfred Chevalet, 1920, p. 1)
Le 115e RI est directement dans le feu de l'action à Verdun puis essuie de nombreuses batailles dans la Somme. Gustave Fernand BENOIT meurt le 17 octobre 1914 au Quesnoy-en-Santerre (Somme), âgé de 23 ans. Il s'était marié trois mois auparavant.

(source : Secrétariat général pour l'administration / Mémoire des hommes - BENOIT Gustave Fernand, 25-07-1891)