mardi 15 mai 2018

Gilbert AUBRUN est mort noyé

Lien entre Marie MERLIN (épouse de Gilbert AUBRUN) et mon arrière-grand-père
(source : Heredis 2018)
Je recherche actuellement les différentes branches de la famille BARACHET. La tâche n'est pas aisée car ils vivent exactement au milieu de quatre communes du Cher (Villecelin, Montlouis, Saint-Baudel et Venesmes) et passent les différents actes de leur vie dans ces différentes communes. Par ailleurs, les membres de cette famille sont très modestes (journaliers, domestique, mendiants) et sont donc plus mobiles et plus difficiles à retrouver. Toujours est-il que notre cousine, Marie MERLIN, épouse Gilbert AUBRUN à Montlouis (Cher) le 28 pluviôse an III. 

(source : Heredis 2018)
Ils vivent ensuite au lieu-dit de Beauvoir à Villecelin (Cher) où naissent tous leurs enfants sauf leur fille Jeanne, née à Montlouis (Cher). Puis, je retrouve cette Marie MERLIN qui se marie à Saint-Baudel (Cher) avec un marchand nommé Jean DUPUIS. La date de naissance et le nom des parents correspondent, mais elle n'est pas mentionnée comme veuve. J'ai d'abord pensé à un divorce comme il y en a eu quelques un au début de cette période révolutionnaire. J'ai alors lancé une recherche sur Gilbert AUBRUN dans Filae et j'ai trouvé un acte de décès original. 

(source : Archives départementales du Cher - 3E 643 vue 126/218)
Il est indiqué que Gilbert AUBRUN est mort "noÿer dans un lac dau au fon de vargne". Le lieu-dit des Vergnes, appelé Vargnes sur la carte de Cassini ne compte pas de lac ou d'étang, ni au XVIIIe siècle, ni sur la carte d'état-major de 1820. 

(source : IGN)
Il faut croire qu'en l'an X s'y trouvait un lac d'eau. C'est la citoyenne Marguerite PICAULD, "qui a dit etre instruis qun home etoit noyé aux lieux de vargne" qui déclare le décès, accompagnée du citoyen François MERLIN, beau-père du défunt. Le maire Antoine DUBOIS écrit alors les précisions suivantes : 

(source : Archives départementales du Cher - 3E 643 vue 126/218)
"je me suis sur le champ transporté
aux lieu designé et je Reclame le cops du nomé
meric et gilbert surjeaut pour aider a faire la 
recherche du cadavre que nous avons tirée au bort
de leau et jay sur le champt donne avic du fait 
aux juge de paix de ce canton qui cest sur le champt
transporté aux dit lieu et a drece le procés verbal
conformement a la lois du vingt septembre mil
cept cent quatre vingt douze"

dimanche 13 mai 2018

Anne BARATON ne survit pas au grand hiver de 1709

Anne BARATON
|
Françoise BEGASSAT
|
Claude BARACHET
|
Marie BARACHET
|
Claude FROMOT
|
Marc FROMEAU
|
Jean FRÉMEAU
|
Pierre FRÉMEAU
|
Pierre Marie Joseph FRÉMEAU
|
Mon grand-père

L'année 1709 fut un hiver polaire et effroyable qui affama une grande partie de la France et de l'Europe. La paroisse de Venesmes (Cher) ne faisait pas exception car on peut parcourir cette année là des dizaines de pages de sépultures et quasiment aucun baptême ou mariage. Parmi tous ces morts, une ancêtre, Anne BARATON, mort à un grand âge si on en croit l'Abbé RAGUEAU

(source : Archives départementales du Cher - 3E 837 vue 158/188)
Le quatorsiesme novembre mil sept cent neuf a esté
inhumé dans le cemetiere la corps de anne baraton
agéé de quatre vingt ans femme de gervais begassat
manouvre aux vallins en presence de sebastien begassat
son fils et de moy curé de venesme soubsigné

Si elle est âgée de 80 ans, cela signifie que ma sosa 3 083 serait née aux alentours de 1629. Voici un aperçu de sa famille dans l'état actuel de mes recherches :

(source : Heredis 2018)

lundi 16 avril 2018

Encore des DARU !

N. de LAUNAY + Jean GAULTIER + Jacqueline de BEAUREPAIRE
|                                                                          |
Guillaume GAULTIER                 Gratien GAULTIER de BEAUREPAIRE
|                                                                          |
Jean GAULTIER                                      Robert de BEAUREPAIRE
|                                                                          |
Pierre GAULTIER                                 Louis de BEAUREPAIRE
|                                                                          |
Louise GAULTIER de BEAUREPAIRE            François de BEAUREPAIRE
|                                                                          |
Marguerite de WARIGNIES                             Henri de BEAUREPAIRE
|                                                                          |
Jean Louis de PIERREPONT des BIARDS               Marianne de BEAUREPAIRE de LOUVAGNY
|                                                                          |
Philippe Suzanne Eulalie de PIERREPONT de LIGNIERES        Perrine DELBROUCK
|                                                                          |
Louise Françoise VIEL de LIGNIERES                     Louis François GASNIER
|                                                                          |
Louis Charles Félix DURSUS de COURCY                    Marie GAGNIER
|                                                                          |
Louis Charles Yvan DURSUS de COURCY                      Marie Madeleine BOURCIER  
|                                                                          |
     Marie Noémie DURSUS de COURCY             Modeste Anne Madeleine BOURCIER   
|                                                                          |
   Alfred René Robert DOYNEL de QUINCEY              Victorine Ernestine BOURSIER
                                                                           |
                                                                      Berthe Louise Stéphanie GRELOT
                                                                           |
                                                                     Mon grand-père

En généalogie, les familles ont l'habitude de se marier dans un niveau social et/ou professionnel équivalent. Ce qui est amusant, c'est de voir comment une famille de petits écuyers normands se sont retrouvés à côtoyer les premiers dignitaires de l'Empire (période, il est vrai, propice aux changements de situation soudains). 

(source : Heredis 2018)
Philippe Suzanne Eulalie de PIERREPONT, fille du marquis des Biards, épouse Guillaume VIEL de LIGNIERES, écuyer, sieur de Lignières, de petite noblesse normande. Leur fille, Louise Françoise VIEL de LIGNIERES épouse alors un autre seigneur normand, Jacques DURSÜE de COURCY, écuyer, seigneur de Courcy, sieur Dursus. 

(source : Heredis 2018)
À la génération suivante, Louis Charles Félix DURSUS de COURCY épouse Jeanne Louise LE BRUN de ROCHEMONT, fille du député de la Manche et sénateur de l'Empire, et surtout nièce du prince-architrésorier de l'Empire, troisième consul. 

(source : Heredis 2018)
C'est, à mon sens, ce mariage qui déclenche l'entrée de la famille dans le monde parisien (les DURSUS vont vivre au 21 place Vendôme où se trouve l'actuelle bijouterie Cartier) et impérial. Les LE BRUN sont également montés de manière spectaculaire, le père de l'architrésorier étant cultivateur. 

Lefèvre, R. (1807). Portrait de Charles-François Lebrun, duc de Plaisance, architrésorier de l'Empire [peinture].
(source : Wikimedia commons)
On voit sur l'arbre ci-dessus que le fils cadet de ce couple DURSUS-LE BRUN épouse déjà une DARU (voir mon article précédent). Son petit-neveu, Alfred René Robert DOYNEL de QUINCEY épouse en 1886 à Paris Amélie Marie Camille BENOIST d'AZY, petite-fille de Napoléon comte DARU, ministre et membre de l'institut (filleul de l'Empereur Napoléon Ier et de l'Impératrice Jospéhine) et lui-même petit-fils du fameux Pierre DARU

(source : Heredis 2018)
Nous avons donc deux mariages successifs (à deux générations d'écart) entre nos cousins et des DARU. La solidarité entre familles impériales demeurait donc encore présente jusqu'à la fin du XIXe siècle. 

samedi 14 avril 2018

Un DURSUS épouse une DARU

Je m'amuse, depuis deux jours, à rechercher la descendance de la famille GAULTIER devenue de BEAUREPAIRE dont je parlais dans mon article précédent. Beaucoup sont restés dans la Manche, notamment la famille de PIERREPONT, qui s'est éteinte autour de la Révolution. Nous descendons du mariage de Jean GAULTIER et de Jacqueline de BEAUREPAIRE (dont le fils aîné aura repris le nom et les armes) et la branche de cousins que je cherchais est celle du premier mariage de Jean GAULTIER avec une demoiselle de LAUNAY

N. de LAUNAY + Jean GAULTIER + Jacqueline de BEAUREPAIRE
|                                                                          |
Guillaume GAULTIER                 Gratien GAULTIER de BEAUREPAIRE
|                                                                          |
Jean GAULTIER                                      Robert de BEAUREPAIRE
|                                                                          |
Pierre GAULTIER                                 Louis de BEAUREPAIRE
|                                                                          |
Louise GAULTIER de BEAUREPAIRE            François de BEAUREPAIRE
|                                                                          |
Marguerite de WARIGNIES                             Henri de BEAUREPAIRE
|                                                                          |
Jean Louis de PIERREPONT des BIARDS               Marianne de BEAUREPAIRE de LOUVAGNY
|                                                                          |
Philippe Suzanne Eulalie de PIERREPONT de LIGNIERES        Perrine DELBROUCK
|                                                                          |
Louise Françoise VIEL de LIGNIERES                     Louis François GASNIER
|                                                                          |
Louis Charles Félix DURSUS de COURCY                    Marie GAGNIER
|                                                                          |
Henri Charles Félix DURSUS                      Marie Madeleine BOURCIER
(+ Alexandrine Amélie DARU)                                    |        
                                                                           |
                                                                                   Modeste Anne Madeleine BOURCIER   
                                                                           |
                                                                     Victorine Ernestine BOURSIER
                                                                           |
                                                                      Berthe Louise Stéphanie GRELOT
                                                                           |
                                                                     Mon grand-père

Il s'agit donc d'Henri Charles Félix DURSUS, lieutenant de hussards, chevalier de la Légion d'honneur, qui va épouser Alexandrine Amélie DARU. Voici à quoi pouvait ressembler un lieutenant de hussards au moment où il s'est marié. 

(source : Wikimedia commons)
Voici un aperçu de son arbre généalogique proche (dans l'état actuel de mes recherches). Les DURSUS portent : "d'or, à trois pies au naturel". 

(source : Heredis 2018)
Le fichier de mariages parisiens (car évidemment ils ont eu la bonne idée de se marier à Paris avant que l'état-civil ne flambe) ne m'apportait pas beaucoup d'informations. 

Fichier des mariages parisiens (collection Mayet)
(source : Geneanet)
Heureusement, grâce à Filae, j'ai pu retrouver la publication de bans qui m'apprend beaucoup de choses sur les époux, car Henri Charles Félix DURSUS était stationné dans le Haut-Rhin et des bans ont été publiés à Neuf-Brisach. 

(source : Archives départementales du Haut-Rhin - Publication de mariages 1816-1840 vue 150/282) 
L’an mil huit cent vingt-neuf, le troisième Dimanche du moisde Juillet, nous Sébastien Méglin, adjoint au maire de la Ville de Neuf-Brisach, chef-lieu de canton, arrondissement de Colmar, département du haut-rhin, délégué par le Maire, susdit pour remplir les fonctionsd’officier de l’Etat civil de la dite ville de Neuf-Brisach, après nous êtretransporté devant la principale porte de la maison commune de cette ville, à l’heure de midi, avons annoncé pour la première fois qu’il y a promessede mariage entre Monsieur Charles-Félix Dursus, Lieutenantaux hussards de Chartres (premier Régiment), en garnison à Neufbrisachet en congé à Paris depuis huit mois, y demeurant, chez ses père et mèrerue neuve Luxembourg numéro sept, premier arrondissement, fils mineur, quant au mariage, de Monsieur Louis-Charles Dursus, Ecuyer, chevalier de saint-Louis, propriétaire, et de Dame Jeanne-Louise Lebrunson épouse ; et Mademoiselle Alexandrine-Amélie Daru, née à Paris, y demeurant, chez son père, rue de grenelle Saint-Germain, numéro quatre-vingt-un, fille mineure de sa seigneuire Pierre-AntoineNoël-Bruno comte Daru, Pair de France, et de Dame AlexandrineThérèse Nardot, son épouse décédée, d’autre part. Laquelle publication lue et interprétée à haute et intelligible voix, a été de suite affichée à la princi-pale porte de la maison commune. De quoi, nous avons dressé le présent acte a Neuf-Brisach, le dix-neuf Juillet mil huit cent vingt-neuf./.
(source : Heredis 2018)

Ce qui est cocasse, c'est que le comte et la comtesse DARU sont les ancêtres d'une amie très proche et de mon filleul ! Je découvre aujourd'hui qu'il y a près de deux siècles, un de nos cousins a épousé une "tante" éloignée de mon filleul. Comme le monde est petit ! 

lundi 9 avril 2018

Un document sur nos ancêtres datant de 1455 !

Philippe dit Phélipot GAULTIER
|
Jean GAULTIER
|
Gratien GAULTIER dit de BEAUREPAIRE
|
Robert de BEAUREPAIRE
|
Louis de BEAUREPAIRE
|
François de BEAUREPAIRE
|
Henri de BEAUREPAIRE
|
Marianne de BEAUREPAIRE de LOUVAGNY
|
Perrine DELBROUCK
|
Louis François GASNIER
|
Marie dite Louise GAGNIER
|
Marie Madeleine BOURCIER
|
Modeste Anne Madeleine BOURCIER
|
Victorine Ernestine BOURSIER
|
Berthe Louise Stéphanie GRELOT
|
Mon grand-père

(source : Heredis 2018)
La famille GAULTIER vivait dans la petite paroisse de Jort (Calvados) et changea de nom et d'armes pour prendre ceux de BEAUREPAIRE en épousant l'héritière unique de ce nom. Le croissant sur les armes des GAULTIER rappelle sûrement la présence de Roland GAULTIER, chevalier, seigneur de Courteilles des Bois et de Longchamp et gouverneur d'Apremont, aux croisades aux côtés des rois de France. 

Ascendance de Phélipot GAULTIER
(source : Heredis 2018)
Mais le document le plus ancien de cette famille date du 1er décembre 1455 et concerne Phélipot GAULTIER. C'est Jean II d'ALENÇON, duc d'Alençon et pair de France qui, depuis son château d'Argentan, reconnaît les titres de Phélipot (à l'époque écuyer et seigneur du Rou) pour lui laisser le droit de garder des colombiers quand il avait ordonné la destruction de plusieurs autres colombiers illégaux. 

(source : Famille de Beaurepaire de Louvagny)

Jehan duc d’Alençon, pair de France, comte du Perche, vicomte de Beaumont, Seigneur de la Guerche à nos baillis — d’Alençon, vicomté d’Argentan et d’Oexmes et tous nos autres justiciers, commissaires, réformateurs et officiers, leurs — lieutenants, à chacun d’eux ainsi qu’il appartiendra, salut. Comme puis naguère, il fut venu à notre connaissance — que par le temps des guerres et depuis, plusieurs personnes avaient fait édifier plusieurs tryes et fyes à — colombes et pigeons sur places, manoirs et maisons non nobles en nos terres et seigneuries, spécialement — en nos vicomtés d’Argentan et d’Oexmes ce que faire ne devaient sans l’autorité de nous ou de nos officiers. Nous — à celle cause eussons fait crier et publier icelles être abattues et démolies incontinent et soit ainsi que de — la part de notre bien aimé écuyer Philippe Gautier Sgr du Rou nous a été exposé que, en outre… — fief noble à lui appartenant, il a un manoir assis en la paroisse de Jort auquel a une trye ou fye à colombes — et pigeons qui de très longtemps y est édifiée, nous humblement requérant, attendu ce que dit est, qu’il nous plaise — lui permettre et tolérer icelle fye ou trye demeurer en l’état, pourquoi nous inclinant à la requête dudit Phélippot — Gautier pour certaines autres causes à ce non mouvant icelluy de notre grâce spéciale avons conféré et accordé — consentons et accordons par ces présentes qu’il puisse posséder et exploiter et entretenir en état icelle trye ou fye — à colombes et pigeons… et chacun de vous que le dit écuyer vous ferez, souffrirez — et laisserez jouir et user pleinement et paisiblement de ces présentes sans lui mettre ou donner ni souffrir être nui — ou donné en la dite trye ou fye ni en l’exploit et jouissance d’icelle, aucun empêchement au contraire, car ainsi — nous plait d’être fait, nonobstant quelconques commandements, ordonnances ou défenses faites ou à faire par nous — sur le fait des dites tryes ou fyes. Donné en notre chatel d’Argentan le 1 décembre 1455 — De par Monseigneur le Duc, Pair de France "
Un document extrêmement ancien pour mon ancêtre à la 18e génération qui est conservé par la famille de Beaurepaire de Louvagny et gentiment mis en ligne sur leur site internet avec sa transcription. Ci-dessous, un "portrait" du duc d'Alençon, plus connu qu'un petit écuyer normand pour mériter une représentation visuelle encore rare à l'époque, et qui nous donne une idée des costumes et habitats du XVe siècle. 

s.a. (1473). Statuts, Ordonnances et Armorial de l'Ordre de la Toison d'Or. 
(source : domaine public, via Wikimedia Commons)
Phélipot GAULTIER et tous ses ancêtres sont enterrés dans l'église Saint-Gervais-et-Saint-Protais de Jort (Calvados) où se marièrent en 1731 mes ancêtres Jean François GASNIER et Perrine DELBROUCK (petite-fille du comte de Louvagny) dont je vous avais parlé dans cet article

vendredi 9 mars 2018

Henri FRÉMEAU participe à la construction du camp retranché de Paris

Jean FRÉMEAU + Marie PÉQUIOT
|                                            |
Gilbert FRÉMEAU         Pierre FRÉMEAU
|                                            |
Henri FRÉMEAU       Pierre Marie Joseph FRÉMEAU
                                             |
                                                  Mon grand-père

Henri FRÉMEAU est un de nos cousins de ceux qui sont restés à Venesmes (Cher) et qui étaient vignerons (nous avons toujours des cousins dans ce village qui produisent le bon vin blanc de Venesmes). À la lecture de son matricule militaire, je lis l'information suivante : 

(source : Archives départementales du Cher - 2R 566 vue 71/708)

Voici donc qu'Henri FRÉMEAU quitte son Berry natal pour Émerainville (Seine-et-Marne) comme bûcheron sur le camp retranché de Paris. 

(source : Heredis 2018)
D'après le site de l'Office National des Forêts, "Les ouvrages du Cmap retranché sont surtout construits par les soldats des régiments de réserve de l'armée territoriale, âgés de plus de 40 ans et surnommés "pépères". En effet, Henri FRÉMEAU a 43 ans au moment de sa mobilisation et n'est donc pas envoyé directement au front de l'Est. 

Tétart. (1915). Confection de pieux pour les tranchées par des chasseurs-forestiers dans la forêt de L'Isle-Adam, août 1915 [photographie]. Repéré à http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/2622/img-3.jpg
Comme le disent Patrice Rodriguez et Guillaume Benaily dans "Les traces archéologiques du Camp retranché de Paris dans le Val-d'Oise" : "210 000 hommes mobilisés dans l'armée territoriale, aidés par 46 000 civils, aménagèrent ainsi un immense réseau de 350 km de tranchées et fils de fer barbelés, avec des centaines d'abris pour l'infanterie, des batteries de quatre à six canons et des dépôts de munitions, le tout relié par d'étroites voies ferrées" (2014, §8, repéré à http://journals.openedition.org/nda/2622). Un travail titanesque ! Je ne connaissais pas cette histoire du camp retranché de Paris et je découvre donc une autre manière de faire la guerre vécue par notre cousin en 1914. 

dimanche 25 février 2018

Laurent FORMEAU soldat de la Grande Armée

Claude FROMOT + Jeanne SOULAT
|                                   |
Laurent FORMEAU     Marc FROMEAU
                                    |
                                    Jean FRÉMEAU
                                    |
                                     Pierre FRÉMEAU
                                    |
                                             Pierre Marie Joseph FRÉMEAU
                                    |
                                        Mon grand-père

Je suis en train de faire des recherches plus approfondies sur la famille FRÉMEAU autour de la période révolutionnaire, et j'ai retrouvé un soldat de la Grande Armée. Laurent FORMEAU, le frère de mon ancêtre Marc FROMEAU (l'orthographe du nom change beaucoup en cette période révolutionnaire) était en effet soldat au 18e régiment d'infanterie de ligne en 1813. 

(source : Archives départementales du Territoire de Belfort - 1 E 10, D. 11/1 - 18/3 vue 463/495)
Il est mort à l'hôpital militaire de Belfort (Territoire de Belfort) le 15 juillet 1813. Il y était entré le 21 juin 1813 des suites (nous apprend la transcription de l'acte sur les registres d'état-civil de Montlouis (Cher) de dysenterie chronique. Il n'avait que 20 ans. 

(source : Archives départementales du Cher - 3E 1799 vue 78/216)
Grâce au merveilleux site 1789-1815 L'Histoire autrement, je peux voir un exemple de l'uniforme qu'a porté Laurent FORMEAU

Coppens, B. (2010). Infanterie de ligne 1808-1812 [Image en ligne]. Repéré à https://www.1789-1815.com/inf_ligne_1808.htm
Cette illustration est confirmée par ce tableau de Louis-François LEJEUNE peignant la bataille de Borodino en Russie en 1812 à laquelle a sûrement participé Laurent FORMEAU. Je n'ai malheureusement pas retrouvé son matricule sur le site Mémoire des hommes car il a dû être incorporé au départ dans un autre régiment.

Lejeune, L-F. (1822). Bataille de la Moskowa, 7 septembre 1812 [huile sur toile]. Repéré à https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Battle_of_Borodino_1812.png?uselang=fr
En tout cas, voici, malgré le bien triste destin de ce parent éloigné, un témoignage de plus qui contredit la croyance que nos ancêtres ne bougeaient pas. Les guerres ont malheureusement contribué à déplacer les populations et à faire voyager ce fils de laboureur berrichon qui n'avait probablement jamais vu la Russie avant de partir dans l'armée de Napoléon. 

(source : Heredis 2018)