dimanche 2 juillet 2017

Noémie COIGNET épouse le fils d'un célèbre peintre

André MONORY + Élisabeth BAUDAT
|                                      |
Marie Virginie dite Rose MONORY         François MONORY
|                                      |
Marie Pauline dite Noémie COIGNET   Virginie MONORY
                                       |
                                                              Pierre Marie Joseph FRÉMEAU
                                       |
                                              Mon grand-père
                                       |
                                         Ma mère
                                       |
                                       Moi

La famille COIGNET-MONORY, issue du couple de Frédéric COIGNET et de Marie Virginie MONORY a été assez difficile à reconstituer, notamment pour leur dernière fille, Marie Pauline dite Noémie COIGNET que je n'aurais jamais pu retrouver sans Filae. 

Marie Virginie MONORY est le onzième et dernier enfant d'André MONORY, meunier des moulins de Rousson à Saint-Loup-des-Chaumes, et d'Élisabeth BAUDAT. Dans la famille, on la surnomme Rose, afin de ne pas la confondre avec sa soeur aînée également nommée Marie Virginie

(source : Hérédis 2017)
Elle se marie avec Frédéric COIGNET, qui sera fermier, agriculteur, adjoint au maire de Chavannes qui décédera à l'asile de Beauregard (établissement de Bourges pour interner les personnes souffrant de maladie mentale). En 1879, lors du mariage de sa fille Marie Victorine COIGNET, voici ce qui est écrit dans l'acte de mariage : 

(source : Archives départementales de Seine-et-Marne - 5MI8167 - p. 172)
"fille mineure & légitime de Frédéric Coignet, 
fermier, cinquante-un ans, demeurant à Bourges (cher)
lequel atteint de dérangement mental caractérisé par un 
désordre absolu dans les idées est dans l'impossibilité
de donner son consentement réfléchi au projet de mariage"

Voici donc les enfants de ce couple COIGNET-MONORY (qui reprennent les prénoms de Virginie et d'Éloïse traditionnels dans la famille MONORY) : 
  • Éloïse COIGNET, commerçante, qui épouse Jean Justin BESSIÈRE, employé à la fonderie de canons de Bourges
  • Juliette Victorine Virginie COIGNET, institutrice, morte célibataire.
  • Berthe COIGNET, qui épouse Louis Octave POTTE, marchand de vin en Seine-et-Marne, dont descendance. 
  • Marie Louise Victorine COIGNET, employée de commerce, qui épouse Albert Théodore ROYNE, peintre en bâtiment en Seine-et-Marne, dont descendance. 
  • Jean Louis Frédéric COIGNET, peintre en bâtiment, qui épouse Augustine GOSSE, corsetière, en Seine-et-Marne. 
  • Marie COIGNET
  • Paul Clément Abel COIGNET, peintre en bâtiment, qui épouse Adelphine Alexandrine BLANCHARD, de Seine-et-Marne, dont descendance. 
  • et enfin Marie Pauline dite Noémie COIGNET dont nous allons parler. 
Je retrouve son "acte de mariage" ou plutôt une transcription, les archives ayant probablement été détruites durant la Première Guerre mondiale, à Péronne (Somme). 


(source : Archives départementales de la Somme - 2E620/33 - p. 119)
Son époux, Charles Henri Félix MICHEL, est dit artiste peintre. Quelques recherches sur internet m'apprendront que son père, Charles Henri Hilaire MICHEL est également artiste peintre (beaucoup plus célèbre que son fils dont je n'ai pas encore pu trouver d'oeuvres) et exposé notamment au Musée d'Orsay et au Musée du Louvre (où se trouve le tableau ci-dessous) !

Charles Henri Hilaire MICHEL, La Sainte Communion, 1866 [huile sur toile, 40x32,5]. Paris : Musée du Louvre
(source : Images d'art)
Maître de la couleur et du dessin, Charles Henri Hilaire MICHEL a surtout fait de la peinture à sujet religieux. La Base Joconde du Ministère de la Culture recense un très grand nombre de ses oeuvres dont (et c'est un intérêt généalogique certain), des portraits de sa famille. Ainsi, déjà, un autoportrait du beau-père de Marie Pauline dite Noémie MONORY (qui malheureusement ne figure pas dans les peintures) : 

Charles Henri Hilaire MICHEL, Autoportrait de Charles-Henri Michel, 19e siècle [huile sur toile, 32x27,5]. Péronne : Musée Alfred Danicourt
(source : Base Joconde)
Nous trouvons également un dessin de sa femme, Antoinette Célanie HARLÉ

Charles Henri Hilaire MICHEL, Portrait de Célanie Harlé-Michel, 19e siècle [papier, fusain]. Péronne : Musée Alfred Danicourt
(source : Base Joconde)
Enfin, Charles Henri Félix MICHEL, fils du peintre et lui-même artiste peintre a été dessiné par son père : 

Charles Henri Hilaire MICHEL, Portrait de Félix Michel, 19e siècle [papier, crayon, 47x30]. Péronne, Musée Alfred Danicourt
(source : Base Joconde)
Je suis en train de retrouver la descendance du couple COIGNET-MICHEL qui sont donc nos cousins et qui vécurent à Rouen (Seine-Maritime). Nul doute qu'un voyage à Péronne s'impose pour peut-être trouver des oeuvres peintes par ce Charles Henri Félix MICHEL. Voici à quoi il ressemblait à l'époque de son mariage : 

Jules FONTAINE, Portrait de Félix Michel, 4e quart du 19e siècle [photographie, 6,5x10,5]. Péronne, Musée Alfred Danicourt
(source : Base Joconde)
En tout cas, c'est heureux de retrouver un lien avec des artistes dans la famille. Qui plus est des peintres, ce qui nous permet une belle illustration de l'arbre généalogique ! 

(source : Heredis 2017)



vendredi 23 juin 2017

Le portrait de Monsieur d'Ambleville

Raymond de JUSSAC + Madeleine JOURDAIN
|
Françoise de JUSSAC d'AMBLEVILLE
|
Marie de COUSTIN
|
Hélie d'ARLOT de FRUGIE dit Monsieur de Sainte-Marie
|
Catherine d'ARLOT de FRUGIE dite Madame de la Chevalerie
|
Madeleine CHEVALIER
|
Jean VEYRET
|
Pierre VEYRET
|
Catherine VEYRET
|
Élisabeth BOULESTEIX
|
Jean DESVEAUX
|
Pierre DESVEAUX
|
Baptiste DESVEAUX
|
Mon grand-père
|
Mon père
|
Moi

En faisant des recherches sur la famille de JUSSAC, dont je descend par Françoise de JUSSAC d'AMBLEVILLE, je trouve un armorial de Louis Pierre d'HOZIER sur Geneanet qui donne la filiation de cette personne et nomme son frère comme chevalier de l'Ordre de Saint-Michel et muni de nombreux honneurs. J'imagine donc que c'est par cet illustre frère que je vais pouvoir remonter la famille, et je tape tout simplement "de Jussac" puis "d'Ambleville" dans Gallica. Quelle ne fut pas ma surprise de découvrir son portrait par François QUESNEL (qui a peint le célèbre portrait d'Henri III exposé au Musée du Louvre) ! 

François QUESNEL, Monsieur d'Ambleville [dessin], 1592
(source : Gallica/BnF)
C'est émouvant de voir ce lointain "oncle" du sud-ouest sous le règne d'Henri IV ! Tout à fait le type de visages qu'on imagine à cette époque. C'est toujours une chance de mettre des visages sur certains membres très anciens de notre famille (nous sommes tout de même à la 16e génération) et merci encore à Gallica pour partager d'aussi précieux documents !

(Source : Heredis 2017)

lundi 22 mai 2017

Les actes de décès de la tante Léa GUILLEMET et de l'oncle Georges FRÉMEAU

Modeste Anne Madeleine BOURCIER
|                                              |
Léa Ernestine GUILLEMET             Victorine Ernestine BOURSIER
                                               |
                                                       Berthe Louise Stéphanie GRELOT
                                               |
                                                Mon grand-père
                                               |
                                                 Ma mère
                                               |
                                                 Moi

Les archives de Paris viennent récemment de mettre en libre accès les actes de décès jusqu'en 1986, ce qui est une formidable aide pour les recherches généalogiques (ma famille ayant beaucoup vécu à Paris à partir des années 1870). 

(source : Archives de Paris)
Les actes de mariage vont suivre, ce qui m'évitera d'en faire très fréquemment la commande pour nos nombreux mariages à Paris au début du XXe siècle dans la famille. En effet, il n'y a pas de délai de consultation pour les actes de décès (vous pouvez demander un acte de décès de 2017 de n'importe qui dans votre mairie) et le délai de 75 ans pour les actes de mariage nous emmène en effet dans les années 40. C'est ainsi que j'ai pu aujourd'hui retrouver l'acte de décès de notre tante Léa  Ernestine GUILLEMET qui est décédée à Paris en 1953 à l'Hôpital Marmottan dans le 17e arrondissement. 

(source : Archives de Paris - 17D 292 - p. 18)
J'ai également pu trouver l'acte de décès d'un membre plus proche de la famille, mon arrière-grand-oncle Georges Henri Louis FRÉMEAU qui était commissaire de police et qui est décédé à l'Hôpital Necker (cliquez pour agrandir les actes). 

Pierre Marie Joseph FRÉMEAU + Berthe Louise Stéphanie GRELOT
|                                                               |
Georges Henri Louis FRÉMEAU                 Mon grand-père
                                                                |
                                                                Ma mère
                                                                |
                                                                Moi

(source : Archives de Paris - 15D 486 - p. 29)
Il faut donc remercier les archives de Paris de cette formidable initiative (leur site s'agrandit de jour en jour et les matricules militaires vont bientôt suivre) et souhaiter que les autres sites d'archives départementales continuent de mettre en ligne des actes plus récents qui nous permettent de retrouver la généalogie de notre famille la plus proche. 

jeudi 23 mars 2017

Les VILLOTTE épousent les voisines

Léonard SUIVRE + Marie POULINAS
|                                        |
Marguerite SUIVRE             Jean SUIVRE
|                                        |
Jean dit Antoine VILLOTTE       Élie dit Édouard SUIVRE
                                         |
                                               Yvonne Marguerite Marie SUIVRE
                                         |
                                      Mon grand-père
                                         |
                                           Mon père
                                         |
                                         Moi

Les recensements sont toujours de précieux documents qui nous apprennent beaucoup de détails qui pourraient nous avoir échappé. Par exemple, on retrouve un enfant d'un couple né hors de la commune (chez ses grands-parents par exemple) et qui nous avait échappé, ou des professions que nous ne connaissions pas, etc. En cherchant les recensements des collatéraux SUIVRE, j'ai donc recherché la descendance de Marguerite SUIVRE, la soeur de mon ancêtre Jean SUIVRE

(source : Heredis 2017)


Marguerite a épousé Joseph VILLOTTE, un scieur de long et ils vivent à la Croix-Bancaux à Jumilhac-le-Grand (Dordogne) avec leurs deux enfants Jean dit Antoine et Marie. Marguerite SUIVRE meurt en 1871 et son époux Joseph VILLOTTE va se remarier en 1872 avec Françoise BOST, veuve de Guillaume ANDRIEUX, tailleur d'habits. Son fils, Jean dit Antoine VILLOTTE, se marie quelques années plus tard en 1880 avec Jeanne PAUILHAC

(source : Archives départementales de la Dordogne - FRAD024_6MI102_0314 - p. 324)
C'est là que le recensement de 1872 est amusant. En effet, François BOST, veuve ANDRIEUX, vit seule avec sa nièce Jeanne PAUILHAC (qui est la même citée ci-dessus). Joseph VILLOTTE est son voisin et vit seul avec ses deux enfants. Il n'est pas aisé pour un homme à l'époque d'élever seul deux enfants et notre scieur de long se marie donc logiquement avec la voisine veuve. La nièce de sa voisine, orpheline depuis 1868, épousera le fils de Joseph quelques années plus tard. On peut imaginer qu'ils auront grandi ensemble depuis qu'il avait 17 ans et elle 8 ans. Le père et le fils ont donc épousé leurs voisines. Au XIXe siècle, on n'allait parfois pas très loin pour chercher ses épouses !

lundi 13 février 2017

Madeleine Marie Victorine BRANCHU a vécu à Montbizot

Gustave BENOIST
|
Joséphine Marie BENOIST
|
Madeleine Marie Victorine BRANCHU
|
Ma grand-mère
|
Mon père
|
Moi

Je commence à rechercher les recensements des frères et soeurs et descendants de mes ancêtres. Au début, je ne me donnais pas cette peine, mais ces documents sont de véritables pépites. Tout d'abord, j'y ai retrouvé de nombreux enfants qui m'avaient échappés car nés dans d'autres villes (les déplacements sont très fréquents aux XIXe et XXe siècle), mais aussi des ancêtres élevés ailleurs que chez leurs parents par exemple. 

Madeleine Marie Victorine BRANCHU est la seule arrière-grand-mère que j'ai connue. Elle était née à Paris et y a grandi avec ses parents. Mais au moment du recensement de 1906 (souvent réalisés dans l'été, autour du mois de juin), elle était en séjour chez ses grand-parents. Je sais qu'elle était en lien avec le côté maternel de sa famille, mais c'est émouvant de la retrouver au lieu-dit des Louveries dans le petite commune de Montbizot (Sarthe) et de se dire qu'une personne que j'ai connue a côtoyé des ancêtres nés en 1842 ! Ses parents ne sont pas là, peut-être avaient-ils laissé leur fille de 4 ans chez ses grand-parents (Gustave BENOIST et Marie Louise FEAU) et sa tante Madeleine Marie BENOIST alors âgée de 14 ans. 

(source : Archives départementales de la Sarthe - 2 Mi 289 _ 50 - p. 11)
Je suis surpris à quel point je continue de trouver des renseignements sur des ancêtres si proches au sujet desquels on pourrait penser avoir déjà tout trouvé.

mardi 7 février 2017

Le contrat de mariage de mes arrière-grands-parents

Henri dit Eugène DEBANNE + Juliette Berthe LECAS
|
Ma grand-mère
|
Ma mère
|
Moi

Aujourd'hui, j'ai transcrit le contrat de mariage de mes arrière-grands-parents datant de 1908. C'est typiquement le genre de document un peu trop récent que je n'aurais jamais pu consulter aux archives (car bien que le dépôt soit de 75 ans pour les notaires, peu s'y prêtent en effet et déposent avec assiduité leurs minutes). 

Dans ce contrat de mariage, mon arrière-grand-mère est avantagée. En effet, son père est entrepreneur de maçonnerie bien installé à Châteauneuf-sur-Cher (Cher) quand Henri DEBANNE est orphelin originaire d'Issoudun (Indre) et est à l'époque employé de mégisserie. 

(source : Archives personnelles)
Juliette Berthe LECAS apporte donc en dot la moitié des droits de sa défunte mère partagés avec sa soeur Hélène  Marie LECAS épouse GIRAULT d'une somme de 1 000 F. 

(source : Archives personnelles)
Son père lui apporte une dot de 1 200 F, ainsi qu'une commode, une table ronde, un lit de plumes et six draps le tout estimé à 200 F. Le tout est suivi de clauses sur les fonds de commerce futurs à la faveur de la future épouse, ce qui laisse supposer que l'argent de Jacques François LECAS-LAUBIER, le père de l'épouse, a servi à acheter leur premier magasin de tissus.

(source : Heredis 2017)

À ce contrat passé devant Maître Armand MONTEREAU, notaire à Châteauneuf-sur-Cher, sont présents Françoise PICOT, la grand-mère de la future épouse, alors âgée de 75 ans, ainsi qu'Abel Marie Emmanuel GIRAULT et Hélène Marie LECAS, son beau-frère et sa soeur. Personne du côté du futur époux qui n'est pas originaire de Châteauneuf-sur-Cher (son frère également prénommé Henri DEBANNE, dit Joseph, et son beau-frère Gabriel Auguste BARRAULT et sa soeur Clémence DEBANNE viendront bientôt le rejoindre dans cette commune, ainsi que Charles dit Louis DEBANNE, son autre frère mort à la guerre en 1915). 

jeudi 2 février 2017

Les GRELOT à Château-la-Vallière

Étienne dit Henri GRELOT + Victorine Ernestine BOURSIER
|                                                     |
Reine Madeleine GRELOT      Berthe Louise Stéphanie GRELOT
                                                      |
                                                     Mon grand-père
                                                      |
                                                      Ma mère
                                                      |
                                                      Moi

J'ai commencé récemment à géolocaliser précisément les lieux-dits, noms de rue, etc. présents dans mon logiciel de généalogie. En effet, dans le cas des communes rurales, les lieux d'habitations de nos ancêtres peuvent-être en réalité bien éloignés de la commune sous laquelle ils sont administrés. C'est le cas des GRELOT. Ma mère avait toujours entendu tante Reine dire qu'elle avait vécu à Château-la-Vallière (Indre-et-Loire) alors que les archives me disaient qu'elle habitait à Couesmes (Indre-et-Loire) avec ses parents sur les recensements de 1886 et 1891. 

(source : Archives départementales d'Indre-et-Loire - 6NUM5/084/012 - p. 21)
Sur ce recensement de 1891 à Couesmes, on voit que la famille GRELOT habite au lieu-dit "Les Gares" ce qui semble logique puisqu'Étienne GRELOT exerce la profession de chef de gare. Seulement, en géolocalisant ce lieu-dit, on se rend compte qu'il est collé à Château-la-Vallière. 
Les Gares à Couesmes au point 2
(source : Heredis 2017)
La gare de Château-la-Vallière se situait administrativement sur la commune de Couesmes. On comprend pourquoi la tante Reine avait l'impression d'avoir vécu à Château-la-Vallière, bourg où ils devaient vraisemblablement se rendre bien plus souvent (étant de l'autre côté de la rue où ils habitaient) qu'à ce lui de Couesmes bien plus éloigné. Voici un exemple parmi tant d'autres qui illustre l'intérêt de géolocaliser précisément les lieux-dits et adresse sur notre logiciel de généalogie afin d'avoir une vue plus exacte de là où ont vécu nos ancêtres.