lundi 2 juin 2014

B comme Louis Victor BRANCHU

Louis Victor BRANCHU
|
Madeleine Marie Victorine BRANCHU
|
Ma grand-mère
|
Mon père
|
Moi

Pour cette lettre B, de qui parler d'autre que de celui à l'histoire romanesque, mon arrière-arrière-grand-père : Louis Victor BRANCHU. Son père, Victor Auguste BRANCHU, est serrurier au Mans (Sarthe). Il a fondé une entreprise qui marche à plein régime, située rue Saint-Charles, à côté de la Place de la République du Mans.

(source : Archives personnelles)
Le fils aîné, Georges Victor Marie (dont j'avais cherché le dossier de légion d'honneur) fait prospérer l'entreprise, devient président de la chambre de commerce, juge, bref, un notable du Mans. Pendant ce temps, Louis Victor, son frère cadet, va étudier la pharmacie à la Sorbonne à Paris.

Paris vers 1890 par Louis Victor BRANCHU
Il obtient son doctorat de pharmacie dont mes grands-parents possèdent encore le diplôme, ainsi que les très bonnes recommandations des pharmaciens chez qui il se forme. C'est là qu'arrive l'événement fatidique. Il tombe amoureux de sa domestique : Joséphine Marie BENOIST. Or, la famille BRANCHU est en pleine ascension sociale, il n'est pas pensable que Louis Victor épouse la fille d'un mécanicien.

La solution est toute trouvée : privé de fonds par la famille pour cause de mésalliance et ayant une grande connaissance des produits chimiques mais pas assez d'argent pour ouvrir une pharmacie, Louis Victor ouvre un atelier de photographie, rue Radziwill à Paris.

L'atelier photo de Louis Victor BRANCHU,
rue Radziwill à Paris en 1912
Il se marie donc avec sa domestique, Joséphine Marie BENOIST à Montbizot (Sarthe) en 1901. L'année d'après naît leur fille Madeleine, la seule de mes arrière-grand-mères que j'ai connu et dont je me souvienne. C'est d'ailleurs sur le piano de Madeleine (dont nous avions hérité) que j'ai commencé la musique.

Louis Victor était apparemment un très bon photographe car il finira deuxième à deux concours internationaux de photographie : l'Exposition Internationale de Photographie de Paris de 1892 et l'Exposition du Progrès de 1893.

(source : Archives personnelles)
On trouve encore de nombreuses photos sur les sites de vente sur internet portant cette inscription à leur dos. Pour situer à peu près l'époque (où il y avait encore plein de chevaux en plein Paris), Louis Victor est l'exact contemporain de Marcel Proust et vécut à Paris avec sa femme et sa fille au moment où se dernier publie son fameux roman en plusieurs tomes : À la recherche du temps perdu. Il aura marqué notre famille, puisque Victor est le prénom de mon cousin germain et le second prénom de mon petit frère.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire