dimanche 14 avril 2019

Julien SALLIN est père à 14 ans

Lien entre Julien SALLIN et ma grand-mère
(source : Heredis 2018)
Je suis en train d'explorer la descendance de Marie BRANCHU, la seule soeur de mon ancêtre François BRANCHU trouvée à ce jour (je ne sais pas où elle est née ni où et quand ses parents sont morts). Marie BRANCHU s'est mariée en secondes noces avec Mathias VANNIER dont elle a eu deux enfants : Nicolas Jean VANNIER (dont je perds toute trace, peut-être décédé en bas âge ou durant la période révolutionnaire) et Marie Françoise VANNIER dont j'ai retrouvé le mariage avec Julien SALLIN à Rouessé-Vassé (Sarthe) grâce à Filae. Ils ont eu deux enfants, Julien et Marie SALLIN (je perds également trace de leur fille). 

(source : Heredis 2018)
Leur fils Julien SALLIN se marie en 1818 à Parennes (Sarthe) avec Marie QUÊNE et au moment de leur mariage, ils reconnaissent deux fils comme étant leurs enfants légitimes : Jean et Étienne Gabriel


(source : Archives départementales de la Sarthe - 5Mi 244_7-8 vues 167-168/460)
Et lorsque j'ai ajouté leurs actes de naissance (et il m'a fallu un certain temps pour comprendre que Saint-Pierre-sur-Orthe en Mayenne s'appelait Saint-Pierre-la-Cour à l'époque, à ne pas confondre avec une autre commune nommée également Saint-Pierre-la-Cour en Mayenne ...), mon logiciel m'a fait apparaître une alerte concernant Julien SALLIN

(source : Heredis 2018)
En effet, l'heureux papa qui s'était acoquiné par deux fois avec Marie QUÊNE était né le 4 frimaire an II (soit le 24 novembre 1793) et avait donc 14 ans à l'époque de la naissance de son fils aîné (presque 13 ans au moment de la conception de l'enfant). On peut dire que c'était un adolescent précoce. Et si j'ai déjà rencontré de nombreuses filles mariées autour de 13-14 ans, leur premier enfant n'arrivait généralement qu'autour de leur 16 ans. Je crois qu'à ce jour, Julien SALLIN est le plus jeune père de mon arbre généalogique ! 

2 commentaires:

  1. Bonjour, peut-être est-il a envisager qu'il n'est pas le pere des deux enfants mais les reconnaît en se mariant. Cela arrivait fréquemment.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est en effet assez probables, car ils vont garder le nom de leur mère et lors de leur mariage ils sont dits enfants naturels de Marie Quesne et il n'est pas fait mention de leur "père". Néanmoins, je vais considérer qu'il a été comme leur père adoptif à défaut d'être leur géniteur.

      Supprimer