jeudi 10 mars 2016

Émile SOUCHAY, profession de ploqueur

Toussaint Silvain SOUCHAY + Madeleine Rosalie GAVEAU
|                                                         |
Émile SOUCHAY          Alphonsine Florestine SOUCHAY
                                                          |
                                                Eugénie Camille PÉROLAT
                                                          |
                                                             Pierre Joseph Émile Ernest PERLY
                                                          |
                                                        Ma grand-mère
                                                          |
                                                         Mon père
                                                          |
                                                           Moi

En parcourant les recensements de Romorantin (Loir-et-Cher), je suis tombé sur une profession que je n'avais jamais rencontrée auparavant (probablement parce qu'il s'agit d'un métier qu'on réservait aux enfants ou adolescents) : ploqueur.

(source : Archives départementales du Loir-et-Cher - 2 MILN R214 - p. 517)
En cherchant sur Gallica, je ne trouve qu'une seule mention de cette profession, dans une note de bas de page sur la maltraitance des enfants apprentis (il faut noter qu'Émile SOUCHAY a 14 ans au moment où il est dit être ploqueur). 

Villermé, L. R. (1840). Tableau de l'état physique et moral des ouvriers employés dans les manufactures de coton, de laine et de soie. Tome 2. Paris : Jules Renouard et compagnie, p. 116.
(source : Gallica/BnF)
Le titre de l'ouvrage ne me surprend pas car les SOUCHAY sont depuis longtemps fabricants de draps et travaillent donc dans le tissu ou la laine. Le père d'Émile, Toussaint Silvain SOUCHAY, est à l'époque (en 1856) apprêteur de draps. C'est finalement Google Livres qui m'a donné la réponse : 

Tarbé, P. (1851). Recherche sur l'histoire du langage et des patois de Champagne. Tome 2. Reims, P. Regnier, p. 169.
(source : Google Livres)
On voit bien qu'il s'agit d'un acte très simple (renouer les boudins de laine les uns aux autres) qui est en effet bien adaptée aux jeunes enfants. J'ai en tout cas réussi à découvrir ce nouveau métier. Et vous, avez-vous rencontré des ploqueurs dans votre généalogie ? 

1 commentaire:

  1. Intéressant, et merci pour la signification

    Fanny-Nésida

    RépondreSupprimer